Légendes de la musique : Frank Sinatra, l’incarnation du rêve américain

Légendes de la musique : Frank Sinatra, l’incarnation du rêve américain

Frank Sinatra est l’une des plus grandes légendes de la musique du XXème siècle. Surnommé « The Voice » (la voix), il devient rapidement l’idole des jeunes filles américaines. Ce chanteur américain d’origine italienne, immensément populaire, a réussi à survivre à toutes les modes, traversant l’histoire de la musique américaine avec l’aisance d’un patron. Sa carrière de chanteur couvre 60 années de l’histoire de la musique populaire américaine.
Frank Sinatra a vu le jour le 12 décembre 1915 à Hoboken dans la banlieue populaire de New Jersey. Fils d’immigrés italiens pauvres, il a commencé à chanter en amateur en 1935. A ce moment-là, le microphone se démocratise, une aubaine pour la voix grave de Sinatra qui est, grâce à cette innovation, superbement mise en valeur. En 1939, Frank Sinatra rencontre, par chance, le trompettiste Harry James, qui lui propose d’intégrer son big band. Et voilà que Frank se retrouve sur les routes du pays à chanter tous les soirs pour 75 dollars la semaine. En 1940, il rencontre Tommy Dorsey, qui l’engage comme chanteur vedette de son orchestre, très en vogue à cette époque, et lui permet de connaître ses premiers succès.
En 1942, Sinatra décide de franchir le pas et de se lancer dans une carrière en solo. Immédiatement, le succès est au rendez-vous. Aussi à l’aise pour swinguer que pour faire pleurer la ménagère avec ses ballades ultra romantiques, Sinatra devient très vite une vedette, remportant l’adhésion de tous les publics. Des tubes comme «They Say It’s Wonderful», «Ol’ Man River» ou «September Song» lui font atteindre des sommets.
Au début des années 50, sa carrière musicale connaît cependant un relatif déclin. Menacé par les changements de mode et par les errances de sa vie privée (notamment ses problèmes avec la drogue), Sinatra voit ses relations avec son ancien label, Columbia, se dégrader. Il privilégie donc, avec brio, sa carrière cinématographique. Son rôle dans « Tant qu’il y aura des hommes » de Zinneman lui offre un Oscar, en 1954. Le grand écran redonne ainsi du lustre à l’image de Sinatra qui retrouve le succès en tant que chanteur. 1966 marque son retour, avec ce qui restera probablement son plus grand succès avec le légendaire « Strangers In The Night », qui se vend à des millions d’exemplaires dans le monde entier. Les jeunes redécouvrent alors ce chanteur qu’adoraient déjà leurs parents. Il renouvelle l’exploit l’année suivante avec «Somethin’ Stupid», en duo avec sa propre fille : l’icône pop Nancy Sinatra. Icône de toutes les générations, Frank Sinatra obtient un disque d’or avec l’album «Cycles» en 1968 et atteint le sommet de sa gloire en faisant du «Comme d’habitude» de Claude François un hymne mondial sous le nom de «My way» en 69.
A 50 ans passés, Sinatra ne parviendra jamais à vraiment prendre sa retraite, malgré une première tentative en 1971. De come-back en come-back, il parviendra à sortir l’inénarrable «New York, New York» en 1977 et à vaincre tous ses records de vente en 1993 (à l’âge de 78 ans) avec «Duets», un album où il rencontre Antonio Carlos Jobim, Willie Nelson, Stevie Wonder ou Bono de U2 ! Il meurt d’une crise cardiaque cinq ans plus tard, après une vie bien remplie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *