Les engagements d’Achaâri

Le ministre de la Culture, Mohamed Achaâri, a tenu mercredi soir une conférence de presse afin de présenter le programme du sixième Festival national du théâtre. Cette importante rencontre culturelle aura lieu à Meknès du 2 au 10 juillet.
14 pièces de théâtre ont été sélectionnées cette année, parmi lesquelles une troupe amazigh, « Atelier Comediana », qui jouera la pièce « Izourane » qui signifie « Racines » en amazigh. Cette pièce raconte l’histoire d’une femme en quête de son identité qui se retrouve « entre les griffes des ennemis de la langue et de la terre »: une pièce qui fera certainement parler d’elle dans les prochaines semaines.
En tout cas, Achaâri a salué la présence de cette troupe la considérant comme « un apport essentiel pour le festival ».
Aussi, cette sixième édition du Festival de Meknès sera l’occasion pour les passionnés de Mohamed El Jem, de déguster sa dernière pièce « Hada N’ta », jouée par les éminents comédiens de « La troupe du théâtre national ».
Le ministre de la Culture a souligné que « le souci des organisateurs a été de diversifier les origines géographiques des troupes ». En effet, ces dernières viennent des quatre coins du Maroc et représentent des styles théâtraux différents.
Le Festival national du théâtre constitue un événement culturel attendu par les troupes, les comédiens et les artistes en général. C’est un espace où s’expriment toutes les sensibilités théâtrales. C’est habituellement une occasion d’échange entre de nombreux intellectuels, artistes et hommes de lettres. En effet, des artistes-peintres, des écrivains, des poètes, des cinéastes assistent à cette manifestation et participent aux tables rondes organisées dans le cadre de cette manifestation.
Durant dix jours, la ville de Meknès vivra au rythme des levers et des “baissers” de rideaux. Les troupes se produiront dans la Salle Mohamed Mennouni, au Centre culturel français de Meknès et dans l’Espace Lahboul, un théâtre en plein air.
A noter que l’une des particularités de cette sixième édition est la présence d’un maire de la ville de Meknès affilié au PJD. Bon nombre de journalistes ont voulu savoir si ce changement politique a eu une quelconque conséquence sur l’organisation du festival. Mohamed Achaâri a été on ne peut plus clair: « nous n’avons rencontré aucune difficulté avec la mairie de Meknès ».
Concernant le budget alloué à cette édition du Festival national du théâtre, le ministre de la Culture a précisé que l’enveloppe totale débloquée est de l’ordre de 2 millions de DH, dont 500.000 DH financés par la mairie de Meknès en hébergement des troupes. Mohamed Achaâri a également précisé que ce montant ne comporte pas les dépenses engagées par le ministère en guise de soutien à la production des pièces de théâtre, dont la quasi-totalité des troupes présentes au festival ont bénéficié.
A noter qu’une compétition sera organisée entre dix pièces participant au festival. Il s’agit notamment de « Souk Laâjeb » de la troupe Al Wafae Al Mourakouchiya, « Les coquelicots » du théâtre de l’aquarium, “Ahl Al Makhabie” du théâtre Noun et « Al Manira » de l’atelier Al Hadaba. Les prix seront distribués lors de la cérémonie de clôture du Festival.
Le jury qui devra trancher entre les dix pièces est composé de sept membres. La présidence a été dévolue à Hassan Maniî, titulaire du Prix du Maroc de la traduction en 1996.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *