«Les mounikettes» de Hanounia Baba à la galerie Bab Rouah

«Les mounikettes» de Hanounia Baba à la galerie Bab Rouah

Avec audace et humour, des petites poupées marocaines signifiantes qui ne s’arrêtent jamais de parler et qui décryptent la société marocaine sont actuellement exposées et ce jusqu’au 9 août à la galerie Bab Rouah de Rabat. Après le succès et la curiosité suscités par les mounikettes lors de la 6ème édition du Festival international de la bande dessinée de Tétouan qui s’est déroulée en mai dernier, la dessinatrice et illustratrice marocaine Hanounia Baba récidive. Le public pourra découvrir à nouveau le monde des mounikettes qui ont beaucoup de choses à dire sur la société marocaine. Il s’agit de dessins de petits bouts de femmes marocaines et arabo-musulmanes qui découvrent l’actualité au Maroc et dans le monde à leur manière avec couleurs, intelligence et imagination. Ces dessins traitent et abordent plusieurs thématiques telles «La burqa d’or», «Proposition indécente», «La gaieté d’Elton John arrive au Maroc»,  Dati & Co», «Il y a trois ans, un nain investissait l’Elysée», «Vacances de Pâques», «Le Gharb sous la pluie» et autres. «J’adore les poupées et mon pays le Maroc. Alors j’ai décidé d’offrir au public marocain les aventures de ces petites poupées marocaines qui pénètrent la société marocaine à leur manière», déclare-t-elle. C’est d’ailleurs cette passion pour son pays d’origine qui lui aurait inspiré les «mounikettes». Française d’origine marocaine, Hanounia Baba a passé 30 ans de sa vie en France. Il y a trois ans, elle décide de s’installer au Maroc et plus précisément à Casablanca. C’est durant cette période qu’elle développe les mounikettes. Hanounia Baba a plein de projets en tête dont la publication d’un album BD. Elle est actuellement à la recherche d’un éditeur pour partager l’aventure des mounikettes. Pour rappel, cette dessinatrice franco-marocaine avait présenté ses œuvres, pour la première fois lors de la 6ème édition du Festival international de la bande dessinée de Tétouan.  Plusieurs bédéistes étrangers ont été invités lors de cette édition notamment le Belge Denis Larue, auteur, dessinateur et fondateur de la section BD à l’INBA en 2003, Slim, auteur, dessinateur, caricaturiste algérien, le Cameronnais Simon Mbumbo, vice-président de l’association l’Afrique dessinée, l’Ivoirien Sekou Camara, dessinateur, le Français Patrice Cablat. Notons que le FIBD initié par l’Institut national des beaux-arts de Tétouan est placé sous le signe de la promotion de la BD africaine en tant que moyen de sensibilisation et de compréhension entre les peuples.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *