Lire

Tribulations d’un rêveur attitré

Le dernier recueil de Abdellatif Laâbi vient de paraître dans les éditions de la différence. «Tribulations d’un rêveur attitré» retrace une tournée effectuée en mai 2006 au Maroc, à l’invitation des Instituts français de Rabat, Tanger, Tétouan, Casablanca, Oujda, de l’Alliance française d’El Jadida et du Centre hispano-marocain Al-Andalus de Martil. Ces textes sont accompagnés d’autres extraits, entre autres, «Table rase, petite» (revue Linea, n°6, été 2006), des extraits de «Les épaules et le fardeau» (collection Profils, 2006).Abdellatif Laâbi est né en 1942 à Fès dans une famille d’artisans. Professeur de français, il fonde avec des poètes marocains en 1966 la revue Souffles (Anfas) en 1966. Il crée aussi, avec Abraham Serfaty, l’Association de recherche culturelle, l’ARC. Les deux hommes seront arrêtés. Son combat pour la liberté d’opinion vaut à A. Laâbi d’être emprisonné à plusieurs reprises de 1972 à 1980. Il est assigné à résidence, puis s’exile en France en 1985. La même année, Jack Lang le nomme commandeur dans l’ordre des Arts et des Lettres. Écrivain de langue française, son écriture recèle une grande humanité toujours soucieuse du combat à mener pour plus de justice et plus de liberté. « La poésie n’est pas prête à rendre les armes». Poéte, il œuvre sans relâche dans ses rencontres comme dans son travail d’écrivain pour un véritable dialogue, un réel partage, afin qu’existe la paix entre les différentes cultures. Son œuvre est traduite en de nombreuses langues.

Tribulations d’un rêveur attitré
de Abdellatif Laâbi
Éditions de la différence, 2008


Les petits-enfants de Zaynab

«Hachés par le vent glacial, les fugitifs avancent lentement. Ziria, affaiblie, se maintient difficilement sur un cheval chargé de bagages que tient Abderrahmane, d’une main qu’il voudrait ferme. Il a cinquante ans, et les obstacles qui se sont accumulés sur sa route l’ont prématurément vieilli. Loin de l’enfance insouciante en Andalousie, sous la protection de son père Tamîn, et de la douceur des vacances à Aghmat auprès de sa grand-mère, Zaynab, reine de Marakech, sa vie n’a été qu’une succession d’épreuves».  Chassé par les Almohades triomphants, Abderrahmane entraîne mère, femme et enfants dans une errance qui les disperse aux quatre vents. Mais on ne naît pas impunément arrière-petit-enfant de la grande Zaynab, fondatrice de la Perle du Sud, cette ville rouge qui nous fait toujours rêver : à chacun d’eux, le destin promet une vie d’exception ! Comme avec Zaynab, reine de Marrakech déjà publié à l’Aube, Zakya Daoud nous emmène dans un roman époustouflant, qui mêle à ravir romanesque et faits réels, destins individuels et pans de l’histoire de l’humanité.  

Les petits-enfants de Zaynab de Zakya Daoud
Éditions de l’Aube, 2008


L’homme qui inventa le journalisme moderne

Les prix auxquels il a donné son nom ont rendu le patronyme de Joseph Pulitzer célèbre dans le monde entier. Mais qui connaît aujourd’hui la vie aventureuse de l’inventeur du journalisme moderne ? Immigrant hongrois débarqué – à la nage ! – dans le port de New York en 1864, sans parler un mot d’anglais, soldat de fortune bientôt démobilisé, Pulitzer est condamné à exercer divers petits métiers pour survivre : des débuts bien loin du «rêve américain». Ce n’est que par hasard qu’il entre, à 23 ans, dans la ville publique. Comme parlementaire démocrate mais aussi comme reporter, vite craint par les notables du Missouri. La carrière politique de Pulitzer est éphémère: celle de journaliste, que son audace le conduit parfois à exercer… revolver au poing, devient une passion dévorante. Elle le hisse au sommet de la profession. Patron du New York World, le quotidien le plus influent du pays, il pèse sur la guerre et la paix, joue les procureurs indomptables d’une Amérique violente et corrompue, donnant ainsi, bien avant que l’expression n’apparaisse, tout son sens à ce qu’on appellera «le quatrième pouvoir». Jacques Bertoin, écrivain aujourd’hui rédacteur en chef de la Revue de Jeune Afrique, a été journaliste (le Monde, Géo…) et éditeur (Éditions Lieu Commun, Édition Jacques Bertoin), puis chargé de mission pour le livre auprès de l’ambassade de France à Rabat (1996-2000) et attaché culturel à Vancouver (2000-2002).

Jacques Bertoin
Joseph Pulitzer,L’homme qui inventa
le journalisme moderne
Tarik Édition, 2008

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *