Meknès à l’heure du 8ème art

Meknès à l’heure du 8ème art

La ville de Meknès abrite du 16 au 25 avril, la 4ème édition du Festival international du cinéma d’animation. Cette manifestation est organisée par l’Institut français Fès-Meknès avec le soutien du ministère de la Culture et celui de la Jeunesse et des Sports.
L’objectif de cette quatrième édition est d’initier le public aux différentes techniques du cinéma d’animation en formant des professionnels marocains au 8ème art et en encourageant les échanges entre les artistes et les spécialistes des deux rives de la méditerranée. Ainsi, le FICAM se décline en trois axes principaux, la programmation cinématographique, la formation de futurs professionnels et d’enseignants ainsi que des expositions. A cet égard, deux expositions seront présentées. La première, nommée Fibroscope, est une exposition d’objets détournés et bricolés. Il s’agit de deux vieux réfrigérateurs qui abritent des mises en scène drôles et poétiques. La deuxième exposition intitulée «Du dessin au dessin animé» est signée Saïd Bouftass, artiste plasticien marocain et réalisateur de dessins animés. Passionné par le corps humain et ses mouvements, Saïd Bouftass a créé une série d’oeuvres troublantes évoquant la technique « image par image » propre au cinéma d’animation. Le FICAM prévoit également une sélection internationale de longs et de courts métrages. Une sélection concoctée essentiellement pour le bonheur des tout petits. En ouverture, le public aura droit à la projection de «La Prophétie des Grenouilles», un film réalisé par Jacques Rémy Girerd.
Cette prophétie est inspirée par l’histoire de l’Arche de Noé. Selon ce réalisateur, «La Prophétie des Grenouilles» est une fable sociale tragi-comique qui pose des questions sur la tolérance, l’écologie, la difficulté de vivre ensemble et les affres de la dictature.
L’Afrique sera également représentée par une série de films dont «The légende of the Sky Kingdom», réalisé par Roger Hawkins du Zimbabwe. Ce premier film africain de cinéma d’animation sera projeté en avant-première. Il raconte l’histoire d’un voyage aventureux entrepris par trois enfants et leurs amis tripèdes. Ces improbables héros commencent leur voyage épique avec une audacieuse évasion de la ville souterraine où ils sont les esclaves de l’Empereur du mal. Ce film fait intervenir une technique nommée la Jankmation. Ce processus fait référence au recyclage. Chaque personnage, chaque accessoire dans le film entier est fait à partir de la matière de récupération. Cette technique est très répandue au Zimbabwe, elle est utilisée aussi bien par les artistes que par les artisans. Avec des matériaux de récupération, on peut faire du beau et de l’original.
Les organisateurs du FICAM ont prévu également la projection d’une série de films d’animation 100% marocains. C’est une façon de promouvoir la création marocaine. Après avoir invité, en 2002, Ahmed Semlali, l’un des vétérans du cinéma d’animation marocain, le FICAM donne cette fois-ci l’occasion à de jeunes talents marocains de faire découvrir leurs films. Parmi eux figurent Challenge Dream d’Abdellah El Fakir, Woody d’Anas Rifki ou encore Tisane de Moad Rifki. Les festivaliers du FICAM pourront assister aux premiers pas de ces réalisateurs, chaque soir à 19h en première partie des séances de projection. Enfin, le FICAM prendra cette année une ampleur national puisqu’il risque de se transformer en une véritable fête de l’animation à travers tout le Maroc. Pour ce faire, une caravane cinématographique sillonnera plusieurs villes.
L’objectif n’est autre que de faire découvrir le huitième art dans un souci de partage et pour le plaisir de tous.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *