Ramadan des célébrités : Latifa Ahrar s’insurge contre la paresse

Ramadan des célébrités : Latifa Ahrar s’insurge contre la paresse

«Je déteste les gens qui vous disent : Ah c’est le Ramadan, je ne peux pas travailler. Ou ceux qui partent pour la prière du vendredi pendant trois heures laissant les gens poiroter en prétendant faire un devoir dicté par Dieu… Cela relève de l’hypocrisie! Dieu nous a demandé de prier, mais il nous a également demandé de travailler…», s’insurge Latifa Ahrar. Cette mordue du travail est toujours dans son bureau au ministère de la Culture. Sa fonction en tant qu’organisatrice de festivals lui donne une assez bonne marge de flexibilité pour exercer ses passions et aiguiser son talent d’actrice : «Mon horaire assez flexible me laisse largement le temps pour faire des répétitions, des lectures, des recherches sur les rôles que je prépare, de travailler sur Internet…». Durant la matinée, c’est le travail au ministère alors que l’après-midi est réservée aux petites habitudes de Latifa Ahrar. «Je sors un peu pendant l’après-midi pour faire le tour des marchés et sentir les odeurs des délices…J’adore également observer les gens pendant ce mois», confie-t-elle à ALM. Après ce rituel journalier, arrive le moment de se consacrer à la lecture. Mais pas n’importe laquelle ! Actuellement, c’est sur le livre de Gisèle Halimi «La Kahina» qu’elle se penche : «Je me documente sur l’histoire et la culture Amazighes, car je prépare un travail dans ce sens… La Kahina est une bonne source d’informations, pour moi». 
Côté gourmandise ? Pas question !Au f’tour, Latifa Ahrar mange très peu. Un bol de harira ou de soupe aux légumes, quelques petites confiseries et une tasse de café au lait font largement l’affaire. Malgré le fait qu’elle habite seule, la famille occupe une grande partie dans sa vie. Latifa Ahrar rend visite aussi souvent que possible à ses proches. «J’avoue que la famille me manque beaucoup», révèle-t-elle. Durant la soirée, pas question de croiser les bras! L’actrice la consacre aux répétitions qu’elle termine vers minuit ou minuit trente. «Mais si je n’ai pas de répétitions, je regarde un film ou je lis un livre, ou j’essaie même d’écrire des nouvelles, des capsules, des pièces de théâtre…», précise-t-elle. Certains écrits de Latifa Ahrar ont même connu du succès, en l’occurrence la pièce théâtrale «La dernière nuit», actuellement en tournée mondiale. Projets ? Latifa Ahrar prépare un spectacle de chant et bonne surprise pour ses fans : «J’envisage un retour très prochainement à la télé, à condition de trouver un bon scénario qui puisse me convaincre».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *