Ramadan des célébrités : Mohamed El Khyari : «Je préfère me consacrer à ma famille»

Ramadan des célébrités : Mohamed El Khyari : «Je préfère me consacrer à ma famille»

«C’est vraiment désolant de voir des humoristes marocains se rabaisser à un tel niveau ! Danser et faire l’idiot pour faire rire les gens n’a rien de drôle ! c’est même pathétique! La plus grande preuve de cet échec, c’est le zapping des Marocains sur «Al Maghribia» pour regarder les sitcoms de l’année dernière»,  affirme Mohamed El Khyari, indigné. Il n’est pas trop convaincu de ce que diffusent les deux chaînes marocaines durant le Ramadan. «Au Maroc, on a un phénomène très étrange… On a des comédiens qui font tout. Ils sont acteurs, producteurs, réalisateurs… Ce qui ne manque pas de produire des surprises! Si on avait une fourrière pour les médiocres, elle serait pleine à craquer, en ce moment !», s’exclame-t-il.
A tous ces facteurs s’ajoutent d’autres comme le manque de temps pour se préparer et le travail bâclé. «Comment peut-t-on espérer quelque chose d’un sitcom qu’on tourne quelques jours avant de la diffuser ! Au lieu de s’obstiner à faire ce qu’on ne peut pas, il vaut mieux explorer d’autres voies. Le point fort de notre travail, c’est le théâtre par excellence», souligne-t-il.
En ce qui concerne son absence du petit écran durant cette période, El Khyari affirme qu’il était engagé avec un opérateur de télécommunications dans une tournée artistique durant le mois d’août. «On est au chômage durant toute l’année et ce n’est qu’un mois avant le Ramadan que les propositions arrivent», explique-t-il. Loin des sitcoms et du travail, Mohamed El Khyari mène une vie paisible avec sa femme et ses enfants. L’humoriste passe Laylat Al Kadr (la nuit du destin) «normalement». Il fait la prière des tarawihes, rend visite à la famille et se lance dans de longues promenades avec ses enfants. «Le dîner habituel chez ma mère, la rencontre des proches et la visite du cimetière durant la journée», raconte-t-il.
La fête ne signifie pas grand-chose pour El Khyari. «Je ne sais pas pourquoi, mais l’Aïd, ce n’est pas ma tasse de thé… J’aimerais bien passer la journée à dormir durant l’Aïd. Toute cette zizanie et ce bruit qui règnent durant cette journée, les petits qui crient, les visites des voisins, les gens que tu dois aller voir…Et les différentes sortes de pâtisseries, de petits-fours …  que tu es obligé de manger!», confie-t-il.
Côté projets, Mohamed El Khyari travaille actuellement sur une série «Youm Maychbeh Youm» de Mustapha El Khayat, avec Mohamed Majd, Abdelkader Mota’a, Khatima El Alaoui, Hind Saâdidi…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *