Said Mosker craque pour le Sud marocain

Said Mosker craque pour le Sud marocain

Venu succéder à Malek et Hamid Bouchenak, cet artiste a fait ses débuts en les côtoyant. Saïd Mosker a su mettre sa touche sur la musique marocaine en mixant les différents types de musique (pop, rai,gnawi…), le tout ficelé dans le package d’une voix tout simplement spéciale. Ce «Bidaoui», natif du quartier Derb Sultane, a marqué les esprits par ses tubes, son nouveau style et son énergie débordante sur scène. Il devient de plus en plus présent sur les programmes des diverses manifestations musicales, chaque fois dans une ville différente.
D’ailleurs, curieux de savoir si cet artiste a le temps de connaître quelques moments de répit, et surtout de savoir sa destination préférée, ALM a interrogé Saïd Mosker sur ses projets de vacances. En riant, le chanteur souligne «c’est vraiment dommage, mais il n’est pas question que je prenne des vacances actuellement. Ces jours-ci, il est prévu que je chante à l’occasion de la Fête de la musique à Casablanca, donc je dois être là pour mon public».
Cependant, Saïd avoue être fasciné par le sud marocain, «j’adore les villes du Sud, Agadir, Laâyoune et Marrakech sont mes villes préférées, je les apprécie beaucoup et il fait bien y être». Le chanteur ajoute qu’il est actuellement à Marrakech et que son attachement au sud marocain est surtout rattaché au fait de ses origines berbères. Tout de même, Saïd insiste, au-delà de ses préférences, sur son attachement à toutes les régions du Maroc, qui sont d’ailleurs sources d’inspiration pour sa musique. Très «marocain» et surtout pas «régionaliste», il explique «En fait, j’adore les villes du Sud, mais celles du Nord ont aussi une place particulière dans mon cœur, comme Tanger ou Tétouan».
Pour parler de cet été, Saïd se produit devant le public casablancais à l’occasion de la Fête de la musique. «Je chanterai au boulevard Rachidi et à l’espace situé à derb Sultan, qui est mon quartier. J’ai insisté pour chanter à Derb Sultane, car je veux chanter pour les gens de mon quartier». Concernant ses projets, la première préoccupation du moment demeure, pour Saïd Mosker, le lancement prochain de son album «Dayra», dont la chanson «Ech-choufa» a été tournée en clip.
S’exprimant en dialecte sur la vie de tous les jours, le titre de son album «Dayra» est tout simplement un «commentaire» sur le vécu, tant avec ses joies que ses peines. Pour l’instant, il faut souligner que les chansons les plus diffusées sur les ondes marocaines, que nous savourons non sans plaisir d’ailleurs, sont plutôt les chansons revisitées par cet artiste sous le titre «Jamais jamais», et «Tanja el alia» chantée en compagnie de l’artiste Nabila Maan. La première transmet le message lancé par un jeune Marocain quittant les siens pour s’installer ailleurs, et la deuxième chanson est un duo plein de vie chantant les louanges de la perle du détroit.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *