Larbi Yacoubi: Un artiste aux multiples talents nous a quittés

Larbi Yacoubi: Un artiste aux multiples talents nous a quittés

L’aventure théâtrale de Larbi Yacoubi a commencé dès 1950. Cette année, il rejoint la troupe franco-marocaine dite «Troupe Maâmora», sous l’égide d’André Voisin. Il a incarné plusieurs rôles dans «Hamlet et Othello», entre autres.

La scène cinématographique marocaine est en deuil. L’artiste Larbi Yacoubi, grande figure de la scène cinématographique et théâtrale, est décédé mardi à l’âge de 86 ans. Artiste aux multiples talents, Larbi Yacoubi s’est imposé dès ses débuts comme comédien et costumier. Artiste-né, Larbi Yacoubi a, très tôt, instinctivement pris goût au théâtre.

«En posant devant un miroir géant, dans l’alcôve des voisins. Tantôt, en guerrier roman, tantôt en turban géant, je me voyais déjà barbu, grand, énorme, interpréter Salaheddine ou Antar Ibn Cheddad», relève-t-on dans un documentaire prémonitoire de Driss Chouika (80 min, 2015), curieusement intitulé «Larbi Yacoubi, l’amour de l’art et de la vie». L’aventure théâtrale de Larbi Yacoubi a commencé dès 1950. Cette année, il rejoint la troupe franco-marocaine dite «Troupe Maâmora», sous l’égide d’André Voisin. Il a incarné plusieurs rôles dans «Hamlet et Othello», entre autres.

On citera également «Bonhomme Misère» d’André Voisin, «Hamlet», «Les gens de la caverne» de Taoufiq El Hakim, «Le Médecin malgré lui» et «La jalousie du Barbier» de Molière. Par ailleurs, Larbi Yacoubi a réussi en 1957 à intégrer le ministère de la jeunesse et des sports tout en gardant un lien étroit avec le théâtre. Car il a pu participer la même année à la pièce de théâtre «La volonté de la vie» de Abou Kassem Achabbi. Peu de temps après, ne pouvant concilier entre son poste au ministère et son métier de comédien, il a choisi de quitter la fonction publique pour se consacrer complètement à sa passion. Il a réussi en 1960 à jouer son premier rôle au cinéma grâce à sa participation au film «Maria Magdalena», du grand réalisateur italien Luigi Di Marqi. Ce qui lui a ouvert ensuite la voie pour travailler dans de grandes productions étrangères et côtoyer par conséquent de grands noms du cinéma mondial comme David Lynch, Francis Ford Coppola, Mustapha Akkad et Martin Scorsese.

Larbi Yacoubi s’est distingué aussi par ses beaux rôles dans le cinéma marocain dans plusieurs films tels que «Al Hayat kifah» de Mohamed Ben Abdelouaheb Tazi et Ahmed Mesnaoui, «Wachma» de Hamid Benani et «Badis» de Mohamed Abderrahmane Tazi, ainsi que «Le gosse de Tanger» de Moumen Smihi. De toute évidence, Larbi Yacoubi, cet artiste accompli, demeure un pionnier et un grand connaisseur de la vie artistique et culturelle au Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *