Nuit blanche du cinéma et des droits de l’Homme: Les droits des enfants au cœur de la 5ème édition

Nuit blanche du cinéma et des droits de l’Homme: Les droits des enfants au cœur de la 5ème édition

«La thématique choisie pour cette édition ne peut être exclue des débats concernant les droits humains, lorsqu’il s’agit de liberté, de dignité, d’égalité et de citoyenneté».

La Nuit blanche du cinéma et des droits de l’Homme est de retour. Après «le Printemps arabe», «les droits des femmes», «la Justice»  et «la migration», la question des «droits des enfants» sera au coeur de la 5ème édition de la Nuit blanche du cinéma et des droits de l’Homme, prévue les 24 et 25 juin sur l’esplanade de la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc (BNRM). Initiée par l’Association des rencontres méditerranéennes du cinéma et des droits de l’Homme (ARMCDH), cette manifestation a pour but de promouvoir les droits de l’Homme par le biais du cinéma. «La thématique choisie pour cette édition ne peut être exclue des débats concernant les droits humains, lorsqu’il s’agit de liberté, de dignité, d’égalité et de citoyenneté. La programmation a pour but d’engager la réflexion sur les droits humains, par le prisme d’un regard cinématographique pluriel», indiquent dans ce sens les organisateurs.

De ce fait, la Nuit blanche du cinéma et des droits de l’enfant commencera le 24 juin par une veillée de projection de films en plein air, gratuite et accessible au public de 20h00 jusqu’au lever du soleil. La deuxième édition du F’tour Cinéma se déroulera parallèlement aux projections, permettant aux cinéphiles qui le souhaitent de prendre leur repas ramadanesque de fin de journée devant un film. Le programme prévoit la projection de plusieurs fictions, documentaires, films d’animation, en courts et en longs-métrages, représentant neuf pays, en l’occurrence l’Allemagne, Egypte, Portugal, Liban, Iran, Palestine, Maroc, France, Suisse et Grande-Bretagne.

Parmi ces films, «The present» de Jacob Frey, «Pomegranate is the fruit of heaven» de Teymuor Ghaderi, «Ghumaya» de Dia’ Azzeh, «Tuk Tuk» de Romany Saad, «Rafa» de Joao Salaviza, «Ghadi» de Amin Dora, «Aya va à la plage» de Maryam Touzani, «This is exil» de Mani Benchelah. Outre les projections, l’auditorium de la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc accueillera une rencontre-débat évoquant la question des «droits des enfants». A cette occasion, plusieurs intervenants sont attendus. Il y a lieu de citer Najat Mjid Maalla, rapporteur spécial des Nations Unies sur la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie impliquant des enfants, Mahdi Halmi, spécialiste des politiques sociales à l’Unicef au Maroc, et Najat Ikhich, présidente de la Fondation Ytto pour l’hébergement et la réhabilitation des femmes victimes de violence. Il est à rappeler que l’ARMCDH a été créée en 2010, ayant comme mission de promouvoir la culture des droits humains à travers le cinéma.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *