La sélection de la semaine du 24 au 3 Mars 2015

La sélection de la semaine du 24 au 3 Mars 2015

«Dans la tête de Vladimir Poutine» de Michel Eltchaninoff

C’est presque passé inaperçu. Janvier 2014, en Russie, les hauts fonctionnaires, les gouverneurs des régions, les cadres du parti Russie unie reçoivent un singulier cadeau de Nouvel An de la part de l’administration présidentielle: des ouvrages de philosophie ! Des œuvres de penseurs russes du XIXème et du XXème siècle. Si Gogol revenait, il décrirait ces imposants personnages, habitués aux restaurants chics et aux belles voitures, en train de peiner sur la lecture de pages emplies de spéculations sibyllines. Car il faut s’y mettre, et passer des soirées à s’arracher les cheveux. Le président lui-même a récemment cité ces auteurs dans des discours décisifs.

Editions Actes Sud. 180 DH.
 

«Sara» de Stefan Agopian

Au XVIIIème siècle, dans une ville forte de Transylvanie, Tobie rencontre Sara. Sa beauté éthérée et son énigmatique présence en ce lieu piquent la curiosité du jeune homme. Tobie est guidé par l’ange Raphaël et Sara est inséparable de Théopomp, le chat qui parle. Leur destin se lie à celui du petit Simon Talaba, un garçonnet perdu dans cette société où Roumains, Saxons et Hongrois cohabitent à l’ombre de dissensions politiques meurtrières. À la manière d’une oeuvre de la peinture flamande, le roman d’Agopian baigne dans une lumière somptueuse, où les personnages semblent pris comme des scarabées dans l’ambre. Toute de légèreté et de grâce, cette évocation en clair-obscur rend encore plus prégnantes la violence des événements et la cruauté parfois rabelaisienne de la critique sociale.

Editions Actes Sud. 180 DH.

 

«Contre la nature» de Tomas Espedal
 

Frappé par le grand amour à quarante-huit ans, Tomas Espedal explore avec une profonde honnêteté l’image sublime et dérangeante du vieil homme et de la jeune fille. Avec la tragique histoire d’Héloïse et Abélard en arrière-plan, l’auteur sonde et ausculte ses expériences, ses fantasmes, ses souvenirs, ses désirs, pour essayer de comprendre l’étrange dramaturgie de l’amour. Et son cruel contraire… Lorsque sa jeune amoureuse le quitte, les années le rattrapent avec une intransigeance impitoyable et il commence à vieillir. Son dos se voûte, ses rides se creusent, son corps flétrit – il a littéralement l’impression de se décomposer. Il ne se reconnaît plus. Comme poussé par un ultime instinct de survie, il s’adonne à une introspection viscérale, cherchant l’écho du mythe tragique dans sa propre vie.

Editions Actes Sud. 180 DH.

 

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *