Saïd Mosker: «Gad Elmaleh me plagie, j’opte pour la voie légale !»

Saïd Mosker: «Gad Elmaleh me plagie, j’opte pour la voie légale !»

ALM : Vous venez de participer au nouveau téléfilm de Yassine Fennan. Quels sont les dessous de votre rôle ?  
 

Saïd Mosker : J’interprète le personnage d’«Omar» attaché par les liens d’amitié avec un autre qui se glisse également dans la peau d’un chanteur. L’intrigue est tramée autour de ces deux interprètes qui seront kidnappés. Je laisserai le soin aux téléspectateurs de découvrir la suite des faits pour ne pas en gâcher le charme. Quant à mon rôle, j’espère vivement que le public l’appréciera ! Au passage, Yassine Fennan est un réalisateur que j’apprécie et respecte énormément !

Peut-on déduire, à partir de ce rôle et celui à «Alkhawaser», que vous délaisserez le chant?  

Absolument pas ! Je ne peux pas me passer du chant. D’autant plus que j’ai un grand public en tant que chanteur, alors je ne peux mettre fin à une telle carrière. C’est pourquoi j’allierai le chant à l’interprétation de rôles. En ce qui concerne Alkhawaser, c’était une très belle expérience malgré les critiques faites à la série.  

Qu’est-ce qui a motivé ces apparitions télévisées ?

En fait, je me passionne pour l’interprétation de rôles dès mon plus jeune âge. J’ai toujours aimé être acteur. Alors quand j’ai eu la chance de faire des apparitions télévisées, je l’ai saisie. D’ailleurs je me suis retrouvé en interprétation de personnages. Et j’espère avoir la confiance des réalisateurs, à l’instar de Mohamed Elkeghat, Mohamed Bouaroua, Noureddine Lekhmari, Driss Roukh et Kamal Kamal entre autres.

Parlez-nous de votre décoration royale…

A vrai dire, j’ai été surpris ! En même temps, cette décoration est, pour moi, une consécration de 25 ans de labeur marqués par l’accompagnement d’un grand public et l’action sociale que j’aime bien faire. Aussi, cette décoration est à mon sens une responsabilité et un motif pour fournir plus d’efforts.

Qu’en est-il du plagiat de votre «Mama mama» par Gad Elmaleh ?

Je suis déjà parti à la rencontre d’avocats pour les consulter autour de cette affaire. Parallèlement, j’ai apposé, dans un lien sur Youtube, les rythmes et les mélodies de ma chanson sur «Danse de la joie» de Gad Elmaleh afin de prouver aux internautes que c’est un plagiat. Gad Elmaleh n’a même pas pris mon autorisation. Cela ne se fait pas !  Pour l’heure, aucune réaction n’a émané de lui. Quant à moi, j’ai opté pour la voie légale afin d’obtenir mes droits.

Un single en vue après «High class» ?

Je prépare une chanson avec mon arrangeur et compositeur Hamid Daoussi. Elle sera également lancée en vidéoclip. Ce sera vraiment une surprise pour le public !

Consultez-vous toujours votre épouse à propos de vos chansons ?

Je prends toujours son avis en premier. Je respecte également ses points de vue. Je la consulte non seulement à propos de mes chansons mais aussi de mes tenues. C’est la personne la plus proche de moi !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *