Visa For Music: Pour que les artistes ne soient pas livrés à leur sort

Visa For Music: Pour que les artistes ne soient pas livrés à leur sort

«Nous accompagnons les managers pour être porteurs de projets», répond, mercredi à Rabat, Brahim El Mazned à ALM lors d’une conférence de présentation de cet événement qui se veut, selon son directeur fondateur, d’encourager la mobilité artistique.

Aussi, l’événement est destiné, selon l’interlocuteur, à «répondre à la problématique de l’export. Et c’est là où nous œuvrons pour mettre les artistes face aux acheteurs».
A propos du financement, M. El Mazned précise que «Visa For Music est un projet qui ne cherche pas des sponsors mais des mécènes».  

Dans le même sens du budget, le ministre de la culture a annoncé l’augmentation de celui consacré au soutien logistique et financier à la musique marocaine. Ainsi, le montant passera de 10 MDH en 2015 à 15 millions de dirhams en 2016.      

«Le festival Visa For Music, organisé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, est devenu aujourd’hui le premier marché professionnel de la musique en Afrique et au Moyen-Orient», enchaîne Mohamed Amine Sbihi qui envisage d’appréhender la musique en tant qu’industrie.
Ceci étant, Visa for music, organisé à l’initiative de l’institution «Anya», en partenariat avec le ministère de la culture et la fondation «Hiba», accueille lors de sa 2ème édition plus de mille professionnels et artistes venant de plus de 40 pays. En détail, l’événement est marqué par la participation de la chanteuse Oum, le groupe Mazagan & Hamid El Hadri, le rappeur Dizzy Dros, le rockeur Jbara, le joueur de luth Said Chraibi, le musicien amazigh Ali Faiq et la voix exotique de Malika Zarra. Le Maghreb sera célébré notamment par la formation Nadia Khaless Trio (Tunisie/Maroc), les Algériens de Djmawi Africa, le rappeur mauritanien Monza et le poète Al-Mu’tamid, the king of the Al-Andalus qui propose un voyage dans une Andalousie plurielle (Portugal/Espagne/Maroc).
Du côté des influences métissées d’Afrique, figurent le prince aux pieds nus du Burkina Faso Alif Naaba, le rappeur burkinabè Smockey, la chanteuse jazz Jemimah Sanyu and unit 446 (Ouganda), Moh! Kouyaté (France/Guinée) et la formation touareg Kel Assouf (Belgique/Niger). Le Moyen-Orient sera marqué, quant à lui, par le groupe de rock indé jordanien Autostrad, les égyptiens Cairokee, les rockers palestiniens d’Elcontainer Band et la formation turque animée par le saxophoniste Ilhan Ersahin et Tarabband (Suède/Irak).
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *