Alger s’inquiète des directives de l’UE

L’Algérie, qui exporte plus de 90% de son gaz en Europe, a exprimé son inquiétude après de nouvelles directives de l’Union Européenne (UE) libéralisant l’importation de cette énergie.
Cette « directive gaz » de l’UE vise, selon le ministre algérien de l’énergie et des mines Chakib Khelil, à « diversifier ses sources d’approvisionnement et pousser ainsi les prix à la baisse ». S’exprimant mercredi à Alger, lors d’un symposium sur le gaz, M. Khelil, dont les propos sont rapportés par la presse, a estimé que l’«UE nous a mis devant le fait accompli sans aucune considération pour nos intérêts».
M. Helil, qui escompte une « coopération » des pays producteurs de gaz, pour faire face à cette directive, a cependant écarté l’idée de créer une « OPEP du gaz ». Souhaitant une concertation entre producteurs et acheteurs de gaz, M. Khelil a estimé qu' »une application unilatérale de cette nouvelle réglementation (…) mène inéluctablement à la rupture de l’équilibre économique des transactions en cours au détriment des producteurs de gaz, fragilisant non seulement les contrats gaziers mais également la sécurité des approvisionnements des marchés européens ». l’Algérie, dont le gaz représente près de 60% de ses réserves d’hydrocarbures et représentant 30% de ses recettes en devises, « envisage » d’exporter 85 milliards de m3 de gaz avant 2005 contre 62 en 2001. Pour atteindre cet objectif, l’Algérie va accroître ses capacités de transport par gazoducs et méthaniers et construire une nouvelle unité de liquéfaction, selon M. Khelil.
Deux gazoducs sous-marins, reliant l’Algérie à l’Espagne et à l’Italie sont actuellement « en phase d’études avancées », a-t-il ajouté.
Un gazoduc entre le Nigeria et l’Algérie est également projeté reliant Abuja à Beni Saf sur la côte méditerranéenne près d’Oran (440 km à l’ouest d’Alger).
L’Espagne est déjà reliée à l’Algérie par le Gazoduc Maghreb Europe (GME) qui part du champ de Hassi R’Mel, dans le Sahara, et traverse le Maroc via le détroit de Gibraltar.
Un second gazoduc, le Transmed, relie l’Algérie à l’Italie via la Tunisie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *