Aménagement des sites balnéaires

Le ministère de l’Economie, des Finances, de la Privatisation et du Tourisme vient de lancer un appel à manifestation d’intérêt dont le but est de présélectionner des aménageurs-développeurs privés intéressés pour le développement de l’un ou plusieurs des cinq sites retenus pour accueillir des stations balnéaires intégrées. Selon le calendrier officiel, toutes les mesures nécessaires à la sélection des aménageurs-développeurs pour l’aménagement de trois nouveau sites parmi les cinq devaient être prises avant fin juin 2002. Le calendrier précise également que la sélection effective des aménageurs doit intervenir avant septembre 2002.
On est donc loin des objectifs fixés par les sigantaires de l’accord-cadre. Cette manifestation d’intérêt concerne les stations de Saïdia (Berkane), Khémis Sahel (Larache), El Haouzia (Essaouira), Plage Blanche (Guelmim). Notons que le site de Taghazout a été déjà fait l’objet d’une concession dans le cadre d’un mémorandum d’entente avec le groupe Dallah Al Baraka. Selon un communiqué publié par la direction des Aménagements et des Investissements relevant du département du Tourisme, le dépôt des candidatures doit être adressé au plus tard le 23 septembre 2002. Tout porte à croire que le nom des aménageurs-développeurs sera connu d’ici octobre voire au plus au mois de novembre.
En attendant, il y a lieu de préciser que le programme d’aménagement des nouvelles stations balnéaires bénéficie de l’appui technique et financier de la Banque Mondiale. Le choix de ces sites, il faut le rappeler, a été dicté selon deux critères : la proximité d’un aéroport et la répartition équilibrée de ces sites dans plusieurs régions du pays.
Quelle a été la démarche adoptée pour l’aménagement de ces zones? L’Etat assurera l’équipement des terrains concernés en infrastructures hors-sites. Ces terrains vont être cédés aux aménageurs à des prix préférentiels. Les pouvoirs publics s’engagent à veiller à l’application des dispositions prévues dans le cahier de charge par les aménageurs. Après l’aménagement des sites, ces derniers seront partagés en lots et cédés aux opérateurs touristiques.
Notons que l’aménagement de ces stations s’inscrit dans le cadre de la politique touristique baptisée « Vision 2010 » et qui vise d’atteindre 10 millions de touristes à l’horizon 2010. Dans ce sens l’accord-cadre signé en octobre 2001 entre le gouvernement et la CGEM (Confédération Générale des Entreprises du Maroc) stipule clairement que la promotion de la destination Maroc passe nécessairement par un positionnement offensif sur le balnéaire. Objectif fixé : le segment balnéaire doit représenter 70% de l’offre en 2010, soit une capacité additionnelle de 650000 chambres environ. Un chantier immense.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *