Avec un chiffre d affaires en recul de 11% : Sonasid fait les frais de la conjoncture

Avec un chiffre d affaires en recul de 11% : Sonasid fait les frais de la conjoncture

Crise, crise, crise… le BTP n’y a pas échappé. Du coup, les entreprises du secteur en ont bien pâti et Sonasid ne fait pas exception. En effet, au cours de l’exercice 2012, l’activité de Sonasid a généré un chiffre d’affaires de 4,747 milliards de dirhams en retrait de 11% lié essentiellement à la baisse du volume «fil machine», des exportations, des ventes billettes et des prix de vente. Cependant, la vente du Rond à Béton a pour sa part progressé de 3% par rapport à 2011. A ce titre la Sonasid souligne dans un communiqué de presse que son exercice 2012 a été caractérisé par un premier semestre bénéficiaire en ligne avec les résultats de 2011 et un second semestre au contexte plus difficile sur fond de crise économique internationale et ouverture totale du marché marocain. «La baisse des prix au second semestre est la conséquence directe de la crise des pays du sud de l’Europe qui connaissent une surcapacité de production sans précédent du fait d’une demande en très nette régression engendrant une forte dégradation du prix international», précise la même source.
Part contre, tous ces facteurs réunis ont fait que même si Sonasid a su préserver ses volumes et sa part de marché, la situation a engendré une pression sur les prix. Aussi, ce contexte n’a pas permis de répercuter la forte inflation qu’a connue la ferraille locale lors du premier semestre 2012. Sonasid fait également état d’autres facteurs conjoncturels qui ont marqué l’année 2012, notamment le retard de lancement des investissements publics en infrastructure et le climat des affaires caractérisé par une tension sur les liquidités ayant conduit à un resserrement des conditions d’assurance de couverture client.
L’impact a donc été direct sur le résultat net de Sonasid qui ressort en recul de 78 millions de dirhams. La seule tache blanche dans le tableau reste la réduction de l’endettement net à 100 millions de dirhams au lieu de 362 millions de dirhams en 2011 pour l’amener à 6% des capitaux propres et assimilés. Cependant, Sonasid se veut optimiste pour l’avenir. Ainsi, le retour à une marge positive dès novembre 2012 et la préservation de sa part de marché dans le contexte très difficile de forte turbulence internationale au second semestre 2012 confortent Sonasid dans la stratégie lancée en 2011. À noter que cette stratégie s’articule d’une part autour d’axes opérationnels et, d’autre part, autour d’une nouvelle stratégie commerciale axée en particulier sur le développement de la distribution en direct via le canal Sonasid Distribution. Aussi, l’entreprise a lancé d’autres chantiers notamment dans le sourcing ferraille et la substitution énergétique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *