Chute des bourses du Golfe : Dubaï et Abou Dhabi entraînent Doha

Chute des bourses du Golfe : Dubaï et Abou Dhabi entraînent Doha

Les Bourses de Dubaï et d’Abou Dhabi ont poursuivi leur plongée mardi, entraînant dans leur sillage le marché du Qatar malgré l’annonce d’une restructuration du conglomérat en difficulté Dubai World. La Bourse de Dubaï a clôturé en baisse de 5,61%, portant ses pertes à 12,5% depuis sa réouverture lundi.
Pour sa part, le marché boursier d’Abou Dhabi a ouvert en baisse de 5,91%, mais s’est quelque peu redressé en fin de séance, fermant sur un recul de 3,5% et perdant ainsi 11,6% de sa valeur en deux jours. La Bourse du Qatar à Doha a enregistré la plus forte chute dans le Golfe avec une baisse de 8,3%. Celle de Koweït a cédé 2,7%.
«Les portefeuilles de titres étrangers tentent de sortir du marché. Ceux qui ont essayé de se retirer lundi sans succès reviennent à la charge aujourd’hui», a résumé l’analyste Houmam al-Shamaa, de la firme Al-Fajr securities.
«Nous avons déjà perdu beaucoup d’argent en deux jours», a affirmé Imran Amjad, 31 ans, un investisseur à la Bourse de Dubaï qui ne trouvait pas acheteur, mardi, pour ses actions.
La poursuite de la baisse des marchés de Dubaï et d’Abou Dhabi est intervenue malgré l’annonce dans la nuit par le conglomérat public Dubai World, en difficulté, d’une prochaine restructuration de certaines de ses compagnies, dont le géant immobilier Nakheel, qui pourrait inclure la vente d’avoirs. Les investisseurs semblaient alarmés par une déclaration, lundi, du directeur du département financier de Dubaï, Abdel Rahman al-Saleh, affirmant que le gouvernement de Dubaï ne garantira pas la dette de Dubai World lourdement endetté. Une déclaration du président de la Fédération des Emirats Arabes Unis, cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyane, assurant que l’économie du pays était «saine», n’a pas suffi à rétablir la confiance des investisseurs.Pour sa part, l’émir de Dubaï, cheikh Mohammad ben Rached Al-Maktoum, a affirmé, mardi, que son gouvernement et Dubai World étaient deux entités différentes, dans sa première apparition publique depuis l’éclatement de la crise sur la dette.
A Dubaï comme à Abou Dhabi, ce sont les valeurs immobilières qui ont été les plus touchées. A Dubaï, les actions du géant immobilier Emaar ont chuté de 9,87% et à Abou Dhabi la baisse des valeurs immobilières a atteint 9,80%. En revanche, les actions du géant portuaire DP World, propriété de Dubai World, au second marché de Dubaï, Nasdaq Dubaï, ont enregistré une légère amélioration (0,82%) contre une baisse de 14,88% la veille.
Les marchés de Dubaï et d’Abou Dhabi vont à nouveau être fermés à partir de mercredi pendant quatre jours, la fête nationale intervenant juste avant le week-end. Les Bourses émiraties ont entraîné dans leur sillage celle du Qatar qui a fermé mardi en baisse de 8,3% et celle de Koweït qui a clôturé en baisse de 2,7%, au premier jour de l’ouverture du marché boursier dans ces deux pays du Golfe depuis l’annonce des difficultés financières de Dubaï.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *