Cimenterie : Holcim perd 5% de son chiffre d affaires en 2012

Cimenterie : Holcim perd 5% de son chiffre d affaires en 2012

Le marché du ciment souffre structurellement. 2013 démarre sous une note négative rendant floues les perspectives du secteur. Au moment où le marché asiatique cartonne, celui de la région MENA, et particulièrement de l’Afrique du nord, se trouve le plus impacté par la conjoncture économique et notamment la crise qui sévit au niveau de la construction. Au Maroc, la décélération se fait sentir davantage.

Les trois premiers mois de l’année étaient ternes. A fin mars, le marché boucle ses comptes sur une baisse de -20%. Le repli a continué de s’afficher en avril mais sous un effet estompé. En dépit de ces chiffres alarmants, les professionnels se montrent plus au moins rassurés.

Tel est le cas de Holcim, l’un des cimentiers du Maroc ayant perdu 5% de son chiffre d’affaires au titre de l’exercice 2012. «Bien que la décélération se poursuivra, la demande nationale en ciment sera légèrement négative par rapport à l’année passée.

Nous estimons que le marché devrait se situer en 2013 entre -5 et -8%», a souligne Dominique Drouet, président-directeur général de Holcim Maroc, en marge de l’annonce des résultats annuels du groupe, mardi 22 mai, à Settat. Pour l’année 2013, Holcim relèvera le défi et continuera d’investir, et ce à travers la mise en production de la nouvelle capacité de la cimenterie de Fès. De même, le groupe poursuivra le déploiement du réseau Batipro. Premier réseau de franchise des matériaux de construction au Maroc, Batipro a atteint plus de 218 franchisés en 2012. Une quatrième plate-forme logistique verra bientôt le jour à Nador pour s’ajouter à celles d’Ain Sebaâ, Oujda et Fès.
En ce qui concerne le traitement des déchets industriels, Ecoval, filiale de Holcim, a enregistré une croissance de 30% de ses volumes en 2013.

La filiale participera également à la commission travaillant sur l’organisation d’une filière de collecte et de valorisation des huiles et des pneus usagés.
Cette démarche a amené à la co-signature d’un mémorandum d’entente entre l’Association professionnelle des cimentiers du Maroc (APC) et le ministère de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement. L’activité de Holcim s’est par ailleurs étendue à l’immobilier, et ce à travers Mateen qui gère actuellement 4 projets immobiliers. «Holcim constitue un outil efficace de connaissance de ses clients et de son marché», indique M. Drouet.

Ainsi, 103 unités standing à Tamesna ont été finalisées. Il en est de même pour El Jadida où 166 unités de logement social sont fins prêtes. Notons que les indicateurs financiers du Groupe Holcim se sont inscrits en baisse. Le résultat d’exploitation a fléchi de 21% pour une valeur de 873,7 millions de dirhams à fin 2012. Le résultat net de l’ensemble consolidé s’est replié de 13% à fin 2012 pour un total de 598,5 millions de dirhams.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *