Commerce : Le Maroc à la conquête du marché russe

Commerce : Le Maroc à la conquête du marché russe

Les agrumes et les primeurs marocains vont bientôt arriver dans les assiettes russes. Une large campagne de communication initiée par le Centre marocain de promotion des exportations (CMPE) ainsi que les professionnels des produits agricoles frais sera lancée mercredi 15 février. Étalée sur une période de trois ans, de 2006 à 2008, cette campagne veut faire connaître le «label Maroc» dans le pays des Tsars.
Le coup d’envoi officiel de cette opération-séduction a été donné, hier, lors d’une conférence de presse tenue à Casablanca.
«La campagne en direction de la Russie vise la promotion du «label Maroc » dans un marché qui présente de grandes opportunités pour le secteur marocain des fruits et légumes. Elle vise également à faire face à une concurrence de plus en plus vive », a déclaré Mustapha Méchahouri, ministre du Commerce extérieur, lors de cette rencontre.
Dans ce marché, les principaux concurrents des produits marocains sont l’Espagne, la Turquie, l’Afrique du Sud et l’Egypte. Classé troisième fournisseur d’oranges pour la Russie, le pays détient une part de 17 % dans le créneau des agrumes et des primeurs.  Par ailleurs, cette campagne de communication concerne, d’une manière précise, les clémentines, les oranges, les tomates et les haricots verts.  Durant la période 2000-2004, le secteur des fruits et légumes a représenté près de 5,4 % dans la valeur totale des exportations, soit 4,5 milliards de dirhams. En volume, les exportations de ces produits se sont accrues de 8 % entre 2000 et 2005.  En soutenant le «label Maroc» en Russie, le ministère du Commerce extérieur veut atténuer la forte concentration et la dépendance des exportations de ces produits vis-à-vis de l’Union européenne. Ce marché absorbe à lui seul 77,5 % des exportations totales.
«Nous savons que la qualité gustative des produits marocains est incomparable par rapport à celle de la concurrence. Cela ne suffit cependant pas pour garantir nos parts de marché. La commercialisation de ces produits doit être renforcée, notamment par une politique de communication pertinente », a ajouté M. Méchahouri. 
Cette campagne de communication d’envergure, qui s’étalera sur une période de trois ans, prévoit des spots publicitaires dans les deux principales chaînes de télévision en Russie,  des insertions dans la presse  ainsi qu’une vaste campagne d’affichage.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *