Convention pour la création d un pôle universitaire de la ville nouvelle de Zenata

Convention pour la création d un pôle universitaire de la ville nouvelle de Zenata

En paraphant, lundi, une convention pour la création d’un pôle universitaire de la ville nouvelle de Zenata, Lahcen Daoudi estime avoir honoré son engagement de faire du Maroc un pôle scientifique par excellence. Pour le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, le pays ne peut réussir le processus de la mondialisation sans le développement de la recherche scientifique.
En vertu dudit partenariat signé entre le ministère de tutelle, le groupe CDG et la société d’aménagement Zenata, cette infrastructure s’étalera sur environ 20 hectares dans la ville de Zenata, située entre Mohammedia et Casablanca, qui occupe une superficie de 1.830 hectares à peu près. Cependant, cette vingtaine d’hectares demeure insuffisante aux yeux de M. Daoudi qui a, quand même, loué cette initiative. «Il est vivement souhaitable que les surfaces dédiées aux universités oscillent, au minimum, entre 50 et 60 hectares», a exalté le ministre qui a annoncé la tenue de prochaines réunions avec les pays des 5+5 et ceux du Nato pour débattre de la recherche scientifique qui semble lui tenir énormément à cœur.
Pour la part de la société d’aménagement Zenata, dirigée par Mohammed Amine El Hajhouj, ce pôle d’enseignement constitue une locomotive importante dans la nouvelle ville de Zenata. Le but étant, selon M. El Hajhouj, «d’assurer une formation en métiers d’avenir». D’après les dires du directeur de ladite société, ce projet, destiné à la classe émergente, a la vocation de rééquilibrer entre l’est et l’ouest de la métropole de par sa capacité à réunir un pôle social, économique, environnemental, commercial et logistique. M. El Hajhouj a également précisé que les travaux d’infrastructures au niveau de la ville de Zenata ont démarré en 2012 et le projet commercial sera mis en exploitation en 2016. D’où le caractère d’utilité publique du projet. Une vocation partagée par Anass Houir Alami, directeur général du Groupe CDG, qui a précisé que le projet ne s’arrêtera pas à ce niveau puisqu’il sera également doté d’un pôle santé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *