Coulisses : Des congrès annulés

Des congrès annulés
Après le 11 mars, plusieurs congrès ont été soient annulés, soient reportés à Marrakech. Au cours du mois d’avril, une trentaine d’événements (chiffre à revoir compte tenu que certains hôtels ne révèlent jamais leurs chiffres), qui étaient soient en option, soient confirmés, ont connu cette fin. Les Espagnols ont été les plus prompts à cet exercice.

Tanger : le Rénovotel débloqué
Depuis la réunion tenue jeudi dernier sur le Renovotel à Tanger, les choses bougent. Le président du CRT local, El Hesmi Mohamed, ancien d’Atlas Marrakech qu’il a ouvert, ancien d’Holiday Inn à Marrakech (aujourd’hui le Sheraton), révèle que trois établissements ont été retenus pour le programme de mise à niveau. Il s’agit du Solazur, d’Ahlen et du club Tariq. D’autres suivront, rappelle le président du CRT, qui impute l’absence d’engouement à un manque d’informations et à l’apport de 30% de l’investissements en fonds propre.

La compagnie GB Airways s’intéresse à Fès
La compagnie GB Airways fait les yeux doux à Fès. Les contacts, actuellement poussées, déboucheront sur une prochaine rencontre dans les semaines qui viennent. La compagnie anglaise veut marcher sur les traces d’Air France, de Corsair et des charters de Safar Tour qui atterissent régulièrement à Fès. A suivre…

Les professionnels de Fès veulent moraliser le secteur
Les hôtels renouent avec le surbook dans la capitale spirituelle. Un bon signe après une période de vaches maigres. Les professionnels veulent maintenant s’attaquer au problème des faux guides, à la mendicité et à bien des pratiques comme ces maisons d’hôtes qui assurent le transfert de leurs clients à l’aéroport, à ses risques et périls puisque sans assurance.

“Kounouz Biladi III” boudé par la Fédération du Tourisme
L’absence remarquée du président de la Fédération du Tourisme à la présentation du Kounouz Biladi III a fait objet de commentaires dans la salle. Cela, malgré toutes les assurances du représentant de la FNT qui a rappelé avec véhémence l’engagement de la Fédération dans ce programme. Engagement entâché par une véritable fronde des hôtels à Marrakech et Agadir, deux villes proposées au même prix et vivant, l’une la haute saison, l’autre la basse. Sacré Kounouz !

Deux bureaux syndicaux de l’ONMT sur trois réagissent
Deux syndicats nous ont adressé des mises au point suite à la publication le 22 avril d’un entrefilet faisant état d’une grogne au sein de l’Office national marocain du Tourisme. Pour le Bureau de la Fédération Démocratique du Travail, l’article incriminé en question «met à mal les fonctionnaires qui sont dévoués à l’ONMT » quand il dit que l’établissement est «surpeuplé de personnel qui ne produit rien ou presque au profit du tourisme national». Reproche presque identique de la part du bureau de la CDT/ONMT mais dont la réaction, tout comme celle de sa consoeur, ne dément aucunement l’existence de cette situation sociale tendue. Les deux syndicats démentent avoir évoqué à quiconque, un certain malaise au sein de l’ONMT, ce qui n’exclut aucunement, selon nos informations, l’existence d’un climat tendu comme nous l’avions écrit du notamment à la marginalisation des cadres statutaires au profit d’une poignée de contratctuels recrutés par la directrice générale.

Probable fermeture de l’aéroport de Marrakech
L’aéroport de Marrakech pourrait être bien fermer au mois de juin pour réfection de la piste. Quelle que soit la durée, on parle de quelques semaines, cela risque d’être difficile pour la destination. Les discussions en cours actuellement entre le CRT et l’ONDA concernent les modalités. Question qui revient souvent chez les opérateurs, le respect des délais. Le planing doit être rendu public le plus tôt possible, afin que cette chacun prenne ses dispositions et minimise les pertes. Il y a des options qui sont déjà évoquées. Les aéroports de Casablanca et d’Essaouira serviront de palliatif. La déicision va tomber d’ici dix à quinze jours. A suivre.

L’actualité des maisons d’hôtes
A chaque fois que les maisons d’hôtes de Marrakech ouvrent leurs portes, elles se referment précipitamment. La transparence est, certes, un exercice difficle La journée d’information organisée samedi dernier, a eu son petit lot de nouvelles. Sur trois établissements visités au hasard par la Commission de classement à l’occasion de cette journée dédiée à la transparence, un seul respectait les normes.
A ce jour, les inspections ont concerné 231maisons d’hôtes. Une centaine d’établissements ont été classés. Mais il y a encore du chemin à faire, puisque à l’intérieur des remparts de la Médina, on dénombre au moins 400 maisons d’hôtes et au bas mot, un millier de résidences de ce genre dans toute la ville, selon des sources municipales. Si la plupart des établissements reconnus et repetoriés suivent comme code d’honneur la charte de déontologie, il va sans dire que certains n’en font qu’à leur tête. D’où la décision tombée dernièrement d’expulser du Maroc pour divers motifs, trois gérants et propriètaires. Soucieuse de préserver l’ordre, l’Association a refusé l’adhésion à quatre maisons d’hôtes qui ne répondaient pas aux normes. Belle leçon de transparence en effet mais qui ne va pas jusqu’au Fisc. Peu de maisons d’hôtes s’acquittent jusqu’à présent de certaines taxes et impôts.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *