Des juges marocains aux Emirats

Le président émirati Cheikh Khalifa Ben Zayed Al-Nahyane a désigné, dimanche 16 avril 2006 à Abu Dhabi, six magistrats marocains qui officieront dans des tribunaux des Emirats Arabes Unis, l’un des rares pays du Golfe, et du monde, à faire appel aux compétences des juges marocains en vertu d’accords de coopération en la matière signés entre les deux pays.
Les six magistrats, de divers grades, sont Mohamed Sghir Amjat, Mohamed Akdabed, Khalid Midaoui, Ahmed Bouhali, Driss Benchakroun et Me Driss Benmansour. Ces derniers, nommés par décrets comme c’est le cas pour les hauts fonctionnaires de ce pays, prendront leurs fonctions dans des tribunaux de première instance (catégorie 3) relevant du département de la Charia au ministère de la Justice des Emirats Arabes Unis.   
Selon une source au département de Mohamed Bouzoubaâ, les magistrats marocains ont été choisis par une commission émiratie spécialisée qui s’est déplacée au Maroc selon les termes d’accords de coopération entre les deux pays. Leur "insertion" professionnelle, ajoute notre source, se retrouve davantage facilitée par le rite malékite commun aux deux pays en plus des compétences dont font preuve les magistrats marocains. Ce qui fait, ajoute notre interlocuteur, que les juges marocains ne trouvent pas de majeures difficultés pour trancher dans des affaires liées au droit de la famille et aux problèmes de succession, entre autres. D’autres magistrats marocains exercent déjà dans ce pays et s’intéressent à des aspects aussi divers de la loi : affaires immobilières, administratives et commerciales. Du renforcement de la coopération judiciaire entre les deux pays, il en sera question lors de la visite, dans quelques jours, de Mohammad Nakhira Al-Zahira, ministre émirati de la Justice. Ce dernier sera l’invité de son homologue marocain Mohamed Bouzoubaâ pour l’inauguration, vendredi 21 avril 2006, de la Cour d’appel commerciale à Casablanca (préfecture Moulay R’chid).
Le ministre émirati prendra également part aux travaux des ministres de la Justice et des experts arabes à l’occasion de la tenue, à Rabat les 26 et 27 avril 2006, d’une conférence sur la politique pénale arabe. Une première du genre qu’abritera un pays arabe et qui sera consacrée à des thèmes de premier ordre comme le terrorisme, les crimes électroniques ou le blanchiment d’argent. Selon une source au ministère de la Justice, il sera question également de déboucher sur une vision commune et une meilleure coordination pour faire face à cette catégorie de crimes et aux crimes transnationaux en général.
Cette conférence, organisée sous l’égide de la Ligue arabe, sera précédée, les 24 et 25 avril, de la tenue du bureau exécutif des ministres arabes de la Justice.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *