Entrepreneuriat: Les jeunes devraient dynamiser la cadence

Entrepreneuriat: Les jeunes devraient dynamiser la cadence

Quel diagnostic pour l’entrepreneuriat au Maroc ? Une question à laquelle ont tenté de répondre les participants à la conférence internationale, tenue vendredi, et ayant pour thématique principale «la dynamique entrepreneuriale au Maroc».

L’occasion étant de définir l’écosystème de l’entrepreneuriat et de dresser les enjeux qui y affèrent. La rencontre a connu des invités de taille, en l’occurrence Lahcen Daoudi et Abdeslam Seddiki.

Intervenant en premier, le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres s’est projeté dans l’avenir. Les prévisions de Lahcen Daoudi font ressortir la disparition de 70% des métiers actuels. Un défi qui serait gagné par la promotion de l’auto-emploi et en l’occurrence de la culture entrepreneuriale. Avis partagé par Abdeslam Seddiki. Le ministre de l’emploi et des affaires sociales a indiqué que «l’entrepreneuriat représente un vecteur central de croissance». Et de préciser que «le développement économique durable passe nécessairement par le développement d’une véritable culture entrepreneuriale».

Pour ce faire, la jeunesse marocaine s’y voit attribuer un rôle déterminant, d’où la nécessité de préparer nos jeunes à prendre part à ce grand chantier qu’est le «Maroc de demain». Selon le ministre de l’emploi, la jeunesse marocaine représente le capital le plus précieux du Royaume. Elle s’inscrit au cœur des actions de son département visant à promouvoir la croissance du pays. «L’esprit d’entreprendre passe par l’amélioration de nos comportements et de notre système éducatif», explique le ministre, invitant chercheurs, jeunes diplômés, étudiants, collégiens et lycéens à s’inscrire dans toutes les démarches visant le développement de l’entrepreneuriat.

La conférence internationale organisée dans l’une des prestigieuses facultés casablancaises a été l’occasion de rendre compte d’une étude sur la dynamique entrepreneuriale. Réalisée avec l’appui du laboratoire de recherche «Entrepreneuriat et Management des Organisations» de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Ain Chock, cette étude s’inscrit dans le cadre du Global Entrepreneurship Monitor (GEM), l’une des plus grandes enquêtes sur l’entrepreneuriat dans le monde.

Selon les chercheurs ayant pris part à ce travail, deux enquêtes nationales viennent d’être réalisées, avec le soutien du Centre de recherche pour le développement international du Canada (CRDI) et la Fondation Qatari Silatech. Les résultats démontrent  un portrait satisfaisant de l’activité entrepreneuriale au niveau national. En effet, ces enquêtes ont permis d’explorer le rôle de l’entrepreneuriat dans la croissance économique nationale. Elles ont ainsi mis en lumière les particularités du Maroc et les caractéristiques associées à l’activité entrepreneuriale dans le Royaume.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *