Faut-il détaxer les énergies renouvelables ?

Le Directeur général du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), Abdelhanine Benallou, a appelé à la détaxation du secteur des énergies renouvelables pour une période de dix ans afin qu’il puisse jouer pleinement son rôle dans le domaine du développement durable. S’exprimant le week-end dernier à Marrakech, lors d’une rencontre pour la présentation de l’initiative « type II » relative à la promotion des énergies renouvelables dans le bassin méditerranéen, M. Benallou a mis l’accent, à cet égard, sur la nécessité soit de subventionner le secteur comme en Europe ou d’assurer un investissement de l’Etat pendant une dizaine d’années.
L’initiative dite «Type II», adoptée lors du dernier sommet mondial sur le développement durable, tenu à Johannesburg, vise l’introduction à grande échelle des énergies renouvelables et leurs techniques dans la perspective d’améliorer la situation énergétique des pays du pourtour méditerranéen, a-t-il dit. Le Maroc dispose d’énormes potentialités en matière d’énergies renouvelables qui ne sont pas exploitées à bon escient, a-t-il relevé, soulignant que le plan du CDER consiste à mettre en oeuvre un système législatif et fiscal convenable en vue notamment d’encourager l’investissement dans ce secteur.
Cette rencontre, à laquelle ont pris part quelque 95 délégués représentant les pays du pourtour méditerranéen, a été initiée par le CDER, l’association méditerranéenne des agences nationales de maîtrise de l’énergie (Medener) et l’Observatoire méditerranéen de l’énergie (OME).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *