High-tech : Les zombis envahissent nos réseaux

High-tech : Les zombis envahissent nos réseaux

En janvier 2006, Jeanson James Ancheta, un jeune Américain de 20 ans, est condamné à 6 ans de prison aux Etats-Unis. Son crime : création d’un réseau de milliers de PC zombis à travers le monde. Jeanson James Ancheta est ce qu’on appelle, en fait, un BotMaster. C’est-à-dire un spécialiste des réseaux fantômes.
Jeanson James Ancheta a ainsi passé ces derniers mois à créer pas moins de 400 000 ordinateurs zombis à travers le monde. Ces derniers formaient des réseaux réels qui étaient utilisés ensuite comme relais pour l’envoi de virus ou de spams, ces publicités indésirables qu’on reçoit presque toutes les heures dans notre boîte électronique.
Si ce jeune Américain a consacré autant d’heures à cette activité, c’est parce qu’il s’est très vite rendu compte que cela pouvait lui rapporter beaucoup d’argent. Beaucoup plus qu’il ne l’espérait. En effet, cette armée de machines fantômes qu’il avait créée lui a permis de gagner de l’argent avec des publicités rémunérées. Jeanson James Ancheta louait les espaces publicitaires à des spammeurs pour des campagnes de pubs sauvages.
Une affaire juteuse qui lui a rapporté près de 58 000 dollars en quelques mois seulement.
Mais le 17 novembre dernier, l’aventure du jeune Américain s’arrêta. Le BotMaster, qui a d’ailleurs plaidé coupable, a été accusé de 17 chefs d’accusation dont ceux de conspiration, de blanchiment d’argent, accès non autorisé à un ordinateur protégé… Les différentes sociétés de la sécurité informatique se sentent dérangées par cette nouvelle tendance de cybercriminalité.
La société de sécurité Sophos a été la première à agir face à ces PC zombis.
Sophos a, en effet, pris le taureau par les cornes et a lancé un service actif de repérage de spams.
Baptisé « ZombieAlert », ce nouveau système permet d’analyser l’adresse IP de chaque spam reçu. Si cette adresse appartient à un compte inscrit du service, un e-mail est automatiquement envoyé à l’abonné pour lui indiquer qu’au moins une de ses machines sert de relais pour les spams, et qu’autrement dit, il s’agit d’un zombi.
«ZombieAlert» ne permet pas de guérir la machine certes, mais son système de détection est le plus performant de tous. Au moins, il réussit à pointer systématiquement les machines responsables de cette défaillance informatique.
Selon un responsable technique chez Sophos, ce service sera premièrement destiné aux universités et aux fournisseurs d’accès Internet.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *