High-tech : Musique : Les ventes on-line prospèrent

High-tech : Musique : Les ventes on-line prospèrent

Sauvé par le Web ! c’est le cas de le dire en ce qui concerne le marché musical, dont la chute devrait être sérieusement ralentie grâce aux ventes en ligne. La croissance des ventes de musique en ligne devrait, en effet, se poursuivre et contribuer ainsi à freiner le déclin des ventes de musique enregistrée, tous supports confondus en Europe. Cette aubaine pour le marché musical ne sera pourtant pas possible avant 2010, selon une étude réalisée par le cabinet d’études «Screen Digest».
D’ici quatre années, les achats en ligne de musique en Europe vont progresser pour dépasser 1,1 milliard d’euros, contre à peine 121 millions d’euros en 2005, estiment les analystes de Screen Digest. « La musique en ligne a explosé. Cependant, les ventes en ligne seules ne vont pas suffire à stopper le déclin des ventes de musique », explique Dan Cryan, du cabinet d’études. Elles devraient pourtant suffire à remettre  l’industrie musicale sur les rails et à la sauver d’un déclin qui devient de plus en plus menaçant.
« L’industrie musicale a besoin de tirer le meilleur parti des nouvelles plates-formes de téléchargement. Nous pensons qu’avec la bonne stratégie – qui prend en compte le mobile et le on-line – le pire appartiendra au passé d’ici 2010 », écrivent dans un communiqué les auteurs du rapport « Online Music in Europe: Market Assessment and Forecast » (« La musique en ligne en Europe : évaluation du marché et prévisions »).
Il est à rappeler que l’ensemble du marché de la musique en Europe a régressé de 22% en valeur depuis 2001. Cette chute est due à une combinaison de facteurs, dont le piratage et l’intérêt porté par les magasins de vente au détail pour les DVD, les livres et les téléphones mobiles, au détriment du CD.
Screen Digest impute, par ailleurs, la chute des ventes physiques de musique en partie à la progression du marché du DVD et ajoute que, bien que l’échange de fichiers continue à être un problème, la situation devrait s’améliorer.
Au regard des données émanant d’un des représentants de l’industrie musicale, l’International Federation of the Phonograhic Industry (IFPI), le piratage en ligne décline, le nombre de fichiers mis en ligne sur les plates-formes d’échange étant tombé à 885 millions l’année dernière, contre 1,1 milliard en 2003.
Une étude de marché du groupe Forrester prévoyait, par ailleurs, en mars dernier, que les ventes de musiques en ligne grossiraient rapidement sur les cinq prochaines années, tandis que les ventes traditionnelles continueraient à représenter près des deux tiers du chiffre d’affaires en 2011.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *