Holmarcom promeut l’artisanat marocain à l’étranger

Holmarcom promeut l’artisanat marocain à l’étranger

Une convention a été signée avec le ministère de tutelle

Le Maroc a comme ambition de développer son artisanat, et en améliorer l’attractivité et ce même au-delà des frontières du territoire marocain. C’est pour cela que le ministère de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, la Maison de l’artisan, le Groupe Holmarcom et la Rhode Island School of Design (RISD) ont signé, le 25 mars 2017, à la Galerie H à Casablanca, une convention relative à la promotion de l’artisanat marocain. Cette convention a été signée dans le cadre de la stratégie pour le développement du secteur de l’artisanat et plus particulièrement pour l’adaptation des créations aux nouvelles tendances des marchés. «Au Maroc, l’artisanat est non seulement un métier, un secteur économique ou un art. C’est surtout un patrimoine que nous devons de préserver, un capital que nous devons de faire évoluer», explique Mohamed Hassan Bensalah, président du Groupe Holmarcom, lors de son allocution. C’est ainsi que ce programme a comme but d’introduire la dimension design dans le secteur de l’artisanat, mais aussi de l’introduire dans le cursus de formation de la RISD.

Ce partenariat se veut être un moyen de créer une plate-forme d’échanges pédagogiques au profit des maîtres artisans et des créateurs marocains ainsi qu’aux étudiants et professeurs de la RISD. Si le ministère de l’artisanat a choisi le Groupe Holmarcom, ce n’est pas par hasard. En effet, Holmarcom a été choisi pour l’accompagnement de ce projet étant donné son engagement envers l’essor de l’artisanat marocain, comme l’explique Fatima Marouan, ministre de tutelle, qui elle aussi était présente lors de l’événement. «Je voudrais rendre hommage à Monsieur Mohamed Hassan Bensalah, président-directeur général de Holmarcom, pour se participation à travers sa fondation. Vous avez dédié généreusement une galerie pour permettre à des designers d’exposer les œuvres qu’ils ont conçues et fait réaliser par des artisans qu’ils rémunèrent de façon juste veillant en cela au respect de l’éthique si chère à cette fondation», a déclaré Mme Marouan. C’est donc ainsi que sera déployée la première action de cet accord qui sera le lancement d’un programme pilote dans le domaine de l’éducation et de la formation. Il sera dédié à la céramique et s’étalera sur deux années académiques, en l’occurrence  2017-2018 et 2018-2019. Ce programme aura comme objectif de créer une plate-forme pédagogique pour des formations basées sur le savoir-faire artisanal marocain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *