Jean-Eric Cartry : «Le marché marocain est un vrai relais de croissance pour B.E.G. Ingénierie»

Jean-Eric Cartry : «Le marché marocain est un vrai relais de croissance pour B.E.G. Ingénierie»

Comment B.E.G. Ingénierie s’est installée au Maroc?

Nous sommes arrivés au Maroc à la demande de l’un de nos clients qui est Faurecia Equipementier Automobile à Kénitra où nous avons réalisé sa première usine. Ensuite, nous avons été sollicité par Métro pour réaliser son centre commercial à Oujda. Et c’est ainsi que nous nous sommes installés et que nous avons remporté notre premier appel d’offres public de contractants généraux pour réaliser à Ain Sebaâ une opération de logistique et de bureaux pour l’Office national des chemins de fer (ONCF). En parallèle, nous avons traité et opéré les aménagements des magasins de la «Brioche Dorée» au Maroc. À ce titre, nous avons ouvert le restaurant Ziraoui au mois d’août dernier et celui du Morocco Mall, il y a à peine deux semaines. Et tout de suite après, nous enchaînons avec une opération de logistique au mois de janvier 2014 à Had Soualem, qui consiste en la réalisation de 60.000 m2 d’entrepôt avec Prodec – Logiprod.

Quelle lecture faites-vous de l’évolution de votre secteur d’activité au Maroc?

Le Maroc est un grand chantier de construction tous azimuts dans le commerce, la grande distribution, entrepôts, bureaux et même logement. Nous sommes intéressés par les centres commerciaux, les entrepôts et les usines principalement. Et nous pouvons y développer soit une activité de conception, de bureau d’études, soit une activité de réalisation de contractant général. Cependant, bien que les centres commerciaux soient notre cœur de métier, c’est là que nous avons le plus de mal à travailler. Je pense que ça vient du fait qu’il y a, ici, un sérieux décalage de perception entre construire vite et pas cher et construire efficace et fonctionnel. Mais je crois que la prise de conscience viendra avec le temps.

Comment B.E.G. Ingénierie peut elle accompagner un projet ?

Nous avons la capacité de démarrer une réalisation par une page blanche avec un client qui n’a que l’idée de développer un projet commercial, industriel ou de bureau. Alors, pour commencer, nous faisons appel à nos bureaux d’études et d’architecture français. D’ailleurs, nous avons une centaine de collaborateurs en France chargés des études. Par la suite, une fois le projet validé, nous avons des partenaires locaux, ici, au Maroc, pour finaliser les autorisations légales et définir les normes et réglementations marocaines qui sont souvent très proches des françaises. Toutefois, dans certains cas, il y a quelques dérogations. Enfin, nous confions les travaux à des entreprises sous-traitantes pour 90% locales dans un rayon de 50 km autour des opérations que nous réalisons.

Quelles sont les opportunités qu’offre le Maroc à B.E.G. Ingénierie?

Le marché marocain est un vrai relais de croissance pour nous et une vraie porte pour le marché africain. En effet, nous espèrons qu’à partir du Maroc nous pourrons créer une base de départ pour partir à la conquête de nouveaux marchés sur le continent. Cependant, la concurrence est rude au Maroc. À ce titre, nous essayons de nous démarquer par la qualité de notre produit et par le sérieux et l’efficacité de nos équipes. En effet, la qualité pour nous est garante de la pérennité de notre entreprise. Et c’est ce qui fait notre force sur le marché. Aussi, il faut noter que notre nom est B.E.G. Ingénierie, ce qui signifie que nous venons du monde des études et donc nous sommes des concepteurs de vocation, ce qui n’est pas le cas de nos concurrents.

Pour vous démarquer dans ce marché à forte concurrence, comment faites -vous preuve d’agressivité commerciale?

L’agressivité n’est pas de notre style, nous sommes généralement très discrets. Mais là, sous les conseils de Khalid Bardouz, notre directeur commercial, nous changeons de stratégie de développement et de communication. En effet, à aujourd’hui, nous nous appuyions sur notre réputation et étions connus sur le terrain par notre travail et notre sérieux. Mais, il est temps pour nous d’entamer une nouvelle ère de notre existence au Maroc. Nous nous apprêtons à prendre plus de parts de marché en respectant le budget (optimisation), le délai et la qualité demandés par nos maîtres d’ouvrages. Il faut noter que ce sont nos clients qui nous ont amenés au Maroc, notamment Faurecia et Métro. Mais une fois ici, il est normal que nous répondions à des appels d’offres et que passions à la vitesse supérieure.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *