La BID accorde un prêt de 150 millions de dollars à l OCP

La BID accorde un prêt de 150 millions  de dollars à l OCP

L’ambition de l’Office chérifien des phosphates (OCP) a trouvé les moyens pour être mise en pratique. Avec la Banque islamique de développement (BID), il vient de signer, mercredi à Casablanca, un accord de financement de 150 millions de dollars. Ce montant est destiné au financement partiel du projet d’extension et de réhabilitation des infratsructures portuaires exploitées par l’OCP au port de Jorf Lasfar. Cet accord a été signé pour l’OCP par Mohamed El Hajjouji, directeur exécutif chargé du pôle finance et support de gestion, et pour la BID par Birama Boubacar Sidibé, vice-président des opérations. Mais pourquoi l’OCP a -t-il choisi la BID pour obtenir ce financement? «En plus d’avoir une grande confiance envers la BID, nous l’avons choisie parce que c’est une institution de premier plan au niveau international et qui, je rappelle, est l’un des rares organismes qui a su garder ses triples A», explique laconiquement M. El Hajjouji.  
D’autres prérogatives non négligeables ont poussé l’OCP à sceller cet accord. Ce prêt est remboursable sur 12 ans avec en prime 2 ans de différé. Une première pour la BID qui affirme à travers son vice-président des opérations que «c’est la première fois que la banque accorde un prêt non souverain à une institution marocaine».
Une particularité qui n’est pas pour déplaire à l’Office qui déclare : «Ce prêt entre dans le cadre d’un partenariat que nous souhaitons à long terme».
Par ailleurs, le financement accordé par cette banque contribuera à la réalisation du projet de réhabilitation et d’expansion des quais exploités par l’OCP. En effet, le port de Jorf Lasfar représente pour l’OCP «une infrastructure stratégique qui est appelée à jouer un rôle important au niveau de l’économie nationale».
Le port bénéficie d’importants travaux d’extension pour lui permettre d’accueillir, à l’horizon 2020, les trafics d’import et d’export liès à la stratégie de développement industriel du groupe et qui repose sur un programme d’augmentation des capacités de production des phosphates et d’engrais. «Notre stratégie industrielle vise à doubler les capacités de production pour tout ce qui est phosphates et à tripler celles relatives à l’engrais et chimie», souligne M. El Hajjouji.  Comme cette opération inaugure un partenariat de long terme avec la BID, elle s’inscrit aussi dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de financement du Groupe OCP visant, entre autres, à la diversification des sources de financement mobilisées auprès d’organismes financiers internationaux de premier ordre.
Pour sa part, M. Boubacar Sidibé a tenu à préciser que la BID inscrit ce financement dans le cadre de son soutien aux grands projets structurants réalisés au Maroc et constitue le premier financement en corporate financing accordé à une institution marocaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *