Le Maroc propose une taxe sur le transport maritime

Le Maroc propose une taxe sur le transport maritime

Le Maroc vient de proposer la création d’une taxe sur le transport maritime au profit des pays du bassin méditerranéen. Cette proposition a été largement acceptée par les ministres des Transports des pays de la Méditerranée occidentale (GTMO 5+5) lors d’une réunion lundi 17 novembre, à Tunis. En effet, ces ministres ont fait appel, dans le communiqué final adopté à l’issue de leur 5ème réunion, aux organisations internationales concernées de prendre en considération l’importance de la proposition marocaine. Les ministères  du GTMO 5+5 ont exprimé leur conviction de la mise en œuvre de cette taxe à travers l’incitation des organisations internationales à examiner la possibilité d’imposer cette nouvelle taxe. Une taxe qui ne veut qu’assurer la sécurité de la navigation maritime, dont les revenus seront versés aux pays du pourtour méditerranéen. Dans ce sens, les ministres ont décidé l’adoption du «réseau de transport multimodal» pour les pays maghrébins membres du groupe 5+5 ainsi que son actualisation périodiquement pour poursuivre les développements des programmes d’infrastructures dans la région. D’autres décisions ont été prises au cours de cette réunion. Il s’agit de la multiplication des efforts pour la réalisation des tronçons restant sur les axes stratégiques du réseau concernant l’autoroute maghrébine et la modernisation et la complémentarité du réseau ferroviaire maghrébin. Les participants ont de même convenu de contribuer à l’intégration des liaisons maritimes dans la Méditerranée. Une intégration qui se veut  à travers un réseau d’infrastructures portuaires. Par ailleurs, les intervenants ont sollicité la Commission européenne à s’associer davantage aux travaux du groupe et à prendre en considération le réseau des infrastructures des pays du groupe 5+5 ainsi que leurs projets prioritaires inscrits dans le cadre des travaux de la cellule de travail sur les infrastructures et du Forum euro-méditerranéen des transports.
Ils ont de même invité la Commission européenne à examiner la possibilité d’élaborer un programme et de le financer en vue de développer le réseau de transport du bassin méditerranéen de sorte qu’il soit semblable au réseau de transport européen.
Les membres du groupe 5+5 ont  demandé à la Banque européenne d’investissement (BEI) de  mener une réflexion approfondie sur la possibilité de financer les études et les projets nécessaires à l’intégration des liaisons maritimes dans la région. Des liaisons qui doivent se faire via  la coopération et la complémentarité avec les programmes de la Commission européenne. Les participants ont mis l’accent aussi lors de cette rencontre sur l’importance de la coopération dans le domaine des transports dans la Méditerranée occidentale. Une coopération dans laquelle le GTMO 5+5 joue un rôle de premier plan.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *