L’engagement gage de pérennité

ALM : La section de Casablanca vient d’organiser, en partenariat avec la section de Bordeaux, un séminaire de formation Euromed. Quelles ont été vos attentes par rapport à cet événement ?
Zakaria Fahim :
Dans l’objectif d’expérimenter et d’évaluer les modèles de réflexion de nos différentes commissions, nous avons choisi de travailler sur l’engagement au sein de l’organisation de l’entreprise et de focaliser sur les dirigeants. Nous nous sommes proposés également de rapprocher nos conclusions avec celles d’un sportif, d’un comédien et d’un homme politique
Pourquoi avez-vous choisi de focaliser sur l’engagement ?
Sans engagement, point d’entrepreneuriat pérenne et capable de jouer le rôle d’acteur incontournable pour plus de développement pour toutes les parties prenantes. L’engagement, est pour nous, l’essence de l’entrepreneur, tous métiers confondus, pour fédérer et donner l’envie de construire ensemble (avec ses collaborateurs d’abord) une entreprise performante et socialement responsable.
En quoi consiste l’enquête qu’a menée le CJD et qu’attendez-vous de ses résultats ?
Cette enquête a été adressée à tous nos membres et aussi aux sympathisants en faisant jouer le 1+1. Les questionnaires sont en cours d’analyse. Les objectifs que nous nous sommes fixés visent la mesure de l’engagement au sein de nos entreprises, l’évaluation des bénéfices de l’engagement et décliner la culture de l’engagement pour performer. Sur le plan méthodologique, nous avons posé la définition de la performance de l’entreprise selon le CJD. La synthèse des réflexions des deux commissions de la section de Casablanca et de Bordeaux a permis de définir une culture de l’engagement et le comment d’en bénéficier. Nous avons aussi choisi un échantillon d’entreprises et mesuré le degré de l’engagement des dirigeants. Les résultats de l’étude serviront de support pour l’élaboration de la charte du bien engagé et/ou d’un livre blanc en fonction des conclusions dégagés
Pourquoi avez-vous choisi d’inviter des personnages issus de milieux différents de l’entreprise ?
L’idée est de croiser le regard de trois profils différents (un entraîneur de football, un entrepreneur-homme politique et un artiste) et de montrer que sans l’engagement, point de performance, notamment globale et ce quel que soit le métier. En effet, le CJD prône la performance globale comme l’alternative pour décoller en associant le Maroc du bas qui, sans lui, point de développement durable.
Pour le CJD, ces trois acteurs sont des entrepreneurs à part entière et sont comme Monsieur Jourdain, ils font de la prose sans le savoir. L’engagement est un préalable à toute politique de mise à niveau réussie de l’entrepreneur.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *