Les bonus des banquiers soumis à un cadre strict

Les bonus des banquiers soumis à un cadre strict

Les rémunérations variables des banquiers suisses vont être encadrées plus strictement à partir de janvier, a indiqué le régulateur financier helvétique (Finma) qui s’est toutefois refusé à fixer une limite aux salaires des financiers. «Il faut éviter que les systèmes de rémunération n’incitent à prendre des risques excessifs susceptibles de mettre en péril la stabilité des établissements financiers», explique l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers dans un communiqué. Un des leviers est d’inscrire les rémunérations variables (bonus) du personnel de ces institutions dans une optique long terme, ajoute le régulateur qui publie une circulaire en ce sens entrant en vigueur le 1er janvier. Les nouvelles règles prudentielles, conformes aux recommandations du Conseil de stabilité financière, «exigent que ces rémunérations (variables, ndlr) soient couvertes par le succès économique à long terme de l’entreprise», souligne encore la Finma. Ces bonus doivent «prendre en compte la durabilité» des résultats de l’entreprise ainsi que «les coûts du risque supporté par les bailleurs de fonds propres et les détenteurs de parts», précise-t-il. Par ailleurs, concernant les dirigeants, la Finma stipule qu’une partie de leurs bonus «soit versée sous forme différée» de façon à les faire également dépendre «de l’évolution future de l’établissement» et favoriser «la prise de conscience des risques». Le régulateur suisse a toutefois rejeté la possibilité de «limitation absolue ou relative» des salaires de ces responsables. Il explique qu’il n’en a «juridiquement» pas le droit.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *