L’ODEP maintient le cap

L’ODEP maintient le cap

Le Conseil d’administration de l’Office d’exploitation des ports (ODEP) a tenu, le mardi 5 avril à Casablanca, une réunion de ses membres sous la présidence de Karim Ghellab, ministre de l’Equipement et du Transport.
Au cours de cette réunion, le Directeur général de l’Office, Mustapha Barroug, a souligné la nette amélioration du chiffre d’affaires qui a atteint 2.216 millions de DH à fin 2004, soit une progression de 9 % par rapport à l’année 2003.
Cette amélioration est le résultat de l’évolution des échanges commerciaux par les ports, aussi bien les importations que les exportations, qui ont enregistré un trafic record de 61.5 millions de tonnes à fin 2004, soit une croissance de 9.6 % par rapport aux résultats enregistrés fin 2003.
Selon le rapport de M. Barroug, l’accroissement du trafic portuaire est dû à la reprise des importations du pétrole brut, à l’augmentation des importations des céréales et du charbon, la progression des ventes à l’étranger des phosphates et de l’acide phosphorique et enfin, à la poursuite de la tendance haussière du trafic unitarisé.
Au titre de l’année 2005, les prévisions du trafic portuaire devraient s’établir à 63,7 millions de tonnes, soit une progression de 3,6 % par rapport aux réalisations de l’année précédentes, répartie entre 3,2 % à l’import et 4,1 % à l’export.
Ainsi, il est prévu qu’au cours de cette année, le trafic maritime des passagers serait marqué par une évolution de 8,8 % en passant de 3,9 millions à environ 4,2 millions passagers.
Par ailleurs, la réunion du Conseil d’administration de l’ODEP a procédé à la mise à jour de son programme d’investissement de la période 2003-2007. Le programme, portant sur l’équipement, les infrastructures et la réalisation d’un nombre d’études, est d’une enveloppe de 3.339 millions de DH, dont 180 millions de DH sont réservés à la mise à niveau des ports aux exigences du code ISPS (Code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires). En traitant les aspects financiers, le D.G de l’Office a signalé que malgré l’augmentation du chiffre d’affaires (9 %) les charges d’exploitation ont par contre baissé de 6,4 % ce qui témoigne de la politique adoptée par l’Office à poursuivre les efforts déployés en matière de maîtrise des charges. Toujours sur le plan financier, en 2004, l’ODEP a réalisé avec succès, et sans la garantie de l’Etat, deux emprunts obligataires de 700 MDH et de 500 MRD pour financer en partie le coût de transfert de la caisse interne de retraite au RCAR. Une partie de cet emprunt a été dédiée au remboursement par anticipation environ 500 millions de DH correspondant au restant dû au titre de l’emprunt Bird. Ce remboursement anticipé permettra à l’office de se dessaisir d’une dette dont le suivi et la gestion sont complexes et de profiter des conditions très attractives du marché financier actuel marocain, pour se financer et éliminer le risque de change auquel l’office est exposé dans le cadre de l’emprunt Bird.   
Aux prévisions financières 2005, l’année sera caractérisée par la poursuite de la politique de rationalisation et d’optimisation des ressources. Les performances financières, quant à elle, devraient connaître des améliorations supplémentaires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *