L’OFPPT trace sa feuille de route

L’OFPPT trace sa feuille de route

L’exercice 2003-2004 de l’Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT) marquera certainement un tournant au sein de cet organisme. La poursuite des réformes, au coeur de la stratégie, vise la formation de 400 000 personnes d’ici l’horizon 2007. A cet effet, les cadres de l’Office sous la houlette de leur Directeur Général Larbi Bencheikh, ont organisé une conférence de presse hier, inaugurant ainsi le principe des dialogues ouverts. Deux thèmes ont dominé les débats : la rentrée 2003-2004, dans la perspective des objectifs fixés par l’Etat et les grands chantiers de réforme ouverts par l’Office pour accroître l’efficacité de son action dans le cadre de ses priorités stratégiques. La mise en oeuvre de la politique gouvernementale en matière de formation professionnelle passe par l’adoption de quelques grandes mesures. Il s’agit, entre autres, de l’intégration des établissements touristiques dans l’OFPPT, de la création des nouveaux établissements publics et de l’application du système de roulement. Actuellement, l’institution compte 201 établissements répartis à travers tout le Royaume et 5800 collaborateurs dont 3200 formateurs. Pour l’exercice en cours, on recense 92 000 stagiaires en formation initiale, 200 filières couvrant onze secteurs d’activité, 23 000 stagiaires en cours du soir et 138 000 salariés en formation continue. Le renforcement des capacités attendues verra les effectifs augmenter de 133% d’ici l’échéance fixée. Si l’importance de ce projet est indéniable, vu les besoins croissants des entreprises en matière de formation continue, il n’en demeure pas moins que la réussite de ce challenge dépendra d’une bonne politique d’optimisation et de développement du dispositif de l’OFPT. Preuve que les réformes entreprises par l’actuelle direction sont bien appréciées, la sensible augmentation de la demande : 400% sur la période 2003-2004, selon les indications de la Direction. Aujourd’hui, Comme l’a-t-on rappelé durant la rencontre avec la presse, les missions de base de l’OFPT, à savoir fournir aux entreprises un personnel bien formé répondant à leurs demandes, développer des compétences en fonction des mutations et favoriser l’insertion des jeunes, sont toujours au rang des préoccupations. Il s’agit désormais de s’adapter, de réagir face aux mutations importantes que vivra le Maroc. Dans ce cadre, le souci de qualité et de la proximité se perçoivent à travers le renforcement du partenariat avec les professionnels, l’élaboration des schémas directeurs régionaux de la formation professionnelle, la mise en place d’un corps de conseillers pédagogiques, un nouveau système d’évaluation des candidats et la professionnalisation du système d’orientation. Dans la foulée, l’OFPT penche sur l’élaboration de 398 contenus de modules de formation sur un total de 592 prévus. Par ailleurs, un accent particulier sera porté sur l’amélioration des plans de formation, le ciblage des secteurs et des populations prioritaires, le développement des compétences dans les PME-PMI, la rationalisation et la gestion des ressources. Le renforcement des services aux entreprises se matérialisera par la mise en place des centres d’affaires, la moblisation des compétences internes et externes et le renforcement de l’intervention de l’Office. Plaçant la réforme dans la transparence, la direction veut assurer plus d’équité et de transparence dans les financements à travers l’instauration d’un sysème de contrôle efficient. Dans la nouvelle orientation ainsi mise en place, les directions régionales disposeront de plus d’autonomie par rapport à la direction centrale, pour une meilleure gestion de proximité. Parallélement, la politique de gestion des ressources humaines au sein de l’OFPT sera revue et améliorée, avec des systèmes de rémunération mobilisateurs. Les cadres et les formateurs pourront ainsi suivre une carrière valorisante avec des évaluations basées sur la compétence. Pour rappel, l’OFPT est un établissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Créée en 1974, l’institution tire son financement par le biais de la taxe sur la formation professionnelle (TFP) que versent les entreprises.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *