L’ONDA pense aux passagers

L’ONDA pense aux passagers

L’Office national des aéroports réorganise les services aéroportuaires. Une première depuis 1972, date de la signature de la première convention de trois ans liant les prestataires et l’OAC, l’ancêtre de l’ONDA. A l’expiration de l’entente, l’ONDA avait continué à percevoir les redevances annuelles de 100 dirhams, donnant à cette profession une reconnaissance tacite, sans que les statuts ne soient déposés. Au 31 juillet de cette année, il y avait officiellement 72 porteurs de bagages à l’aéroport Mohammed V de Casablanca. Ceux-ci doivent désormais  se munir d’un badge et d’une carte permanente délivrée le 31 janvier de chaque année par la direction générale de l’ONDA. Egalement exigée, une tenue unique avec style et coloris agréé par l’ONDA, de façon à ce que les porteurs soient facilement repérables.
La demande d’établissement de badge est déposée au service du contrôle des accès de la direction au premier décembre de chaque année. Le badge donne accès aux zones publiques et à la zone de livraison de bagages. La nouvelle réglementation touche aussi à la tarification. Celle-ci est du ressort exclusif de l’ONDA.
A ce titre, le tarif pour la prestation de port de bagages est de 5 dirhams par chariot transporté. Aucune exigence de pourboire ne sera admise. Autre nouveauté, les porteurs doivent assurer leur prestation au moins deux heures avant le premier départ ou arrivée et une heure après le dernier départ ou arrivée.   Les porteurs agréés doivent faire preuve d’un comportement exempt de tout reproche vis-à-vis des passagers et des divers exploitants. La gestion, le suivi et le contrôle de l’activité sont assurées par un représentant de l’ONDA, lequel veille sur une bonne répartition et un bon emplacement des porteurs, une disponibilité des porteurs en début et à la fin de la journée et un planning des porteurs chargés de recycler les chariots par zone et par jour.
La réglementation impose à la profession d’assurer l’acheminement des bagages jusqu’au véhicule du passager, à l’emplacement des taxis à l’arrivée et jusqu’au hall d’embarquement lors du départ. Les porteurs se voient interdits au passage de servir d’intermédiaires entre les passagers et les chauffeurs de taxis. Le recyclage des chariots sera procédé suivant un planning établi  par l’ONDA. Pour exercer, le porteur doit présenter d’abord une demande d’engagement. Celle-ci est soumise à l’appréciation de la direction de l’aéroport, selon les besoins ressentis. Les candidats à l’exercice de cette prestation doivent présenter un dossier à la direction de l’aéroport avec des pièces explicites. Ces différentes obligations sont consignées dans une charte valable pour cinq ans et renouvelée d’année en année, sous réserve d’une résiliation formulée par l’une des parties contractantes, à savoir l’ONDA ou le porteur. L’Office se réserve le droit de résilier instantanément tout engagement lié avec le porteur en cas de manquement de ce dernier à l’un des engagements précités. Les porteurs nouvellement engagés peuvent être à titre temporaire ou permanent. Cette série de mesures accompagnée d’un recrutement de 50 nouveaux porteurs,  a provoqué des réticences de la part des anciens porteurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *