Mise à niveau des sites de pêche

Dans les provinces du Sud, le processus de la mise à niveau du secteur de la pêche artisanale prend un nouvel élan. C’est dans cet esprit qu’intervient la signature mercredi dernier d’une convention de mise à niveau des sites de pêche. L’enveloppe budgétaire allouée à ce programme, étalé sur une durée de 6 mois, s’élève à environ 22 millions DH cofinancée par le ministère de l’Intérieur, l’ONP et l’Agence du Sud. Ce programme constitue l’une des actions qui visent, entre autres, à améliorer les revenus de la population des marins-pêcheurs, à assurer les moyens de contrôle et à organiser la commercialisation. L’objectif affiché est de mettre fin à un mode d’exploitation jugé improductif, saisonnier et trop concentré sur une seule ressource: le poulpe. Concrètement, le programme vise à concrétiser une série d’actions : l’aménagement de plate-forme pour habitations, l’alimentation en eau potable et en électricité, l’assainissement liquide et solide ainsi que la construction de locaux pour matériel de pêche.
Les opérations prévues par ce programme sont à même d’améliorer les conditions de vie et de travail de la population des marins-pêcheurs au niveau de trois sites de pêche dans la province de Oued Eddahab : N’tireft situé à l’entrée de la presqu’île de Dakhla, Labouirda et Aïn Beida au sud de Dakhla.
L’aboutissement de cette entreprise a mobilisé plus qu’un département étatique. La convention de Rabat a été signée par Mohamed Tricha, wali de la région de Oued Eddahab-Lagouira et gouverneur de la province de Oued Eddahab, Ahmed Hajji, directeur général de l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du sud, et Majid Kaissar El Ghaib, directeur général de l’Office national des pêches (ONP). Elle s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement adoptée par les pouvoirs publics en matière de mise à niveau de la pêche artisanale dans les provinces du Sud du Royaume.
Cette convention fait également écho au programme d’implantation de sept villages de pêche initié par l’Agence pour la promotion et le développement des provinces du Sud. D’un montant total de 915 millions de dirhams, ce programme est le fruit d’une autre convention signée entre l’Agence, le ministère de l’Agriculture et des Pêches maritimes et l’Office national des pêches.
La convention concerne la mise à niveau de la flotte artisanale à travers sa restructuration, sa modernisation et son intégration dans le secteur formel. Cette mise à niveau se traduit par la réactivation du programme Sakia El Hamra avec un appui financier de 20 millions de dirhams octroyé par l’ONP et 18 millions, via l’Anapec, par le Fonds pour la promotion de l’emploi des jeunes.
À la fois maître d’oeuvre et bailleur de fonds, l’ONP, qui a contribué à hauteur de 150 millions de dirhams dans le financement des villages de pêche, vise plusieurs objectifs, dont le principal est la viabilisation de l’activité de la pêche artisanale. À suivre.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *