Mise au point d’un Riz miracle en Inde

Derrière deux épaisses portes blindées, un chercheur indien met au point dans un laboratoire philippin un « riz d’or », dopé en nutriments et protéines, qui pourrait sauver l’humanité, selon lui, mais qui est qualifié de « Frankenstein transgénique » par ses détracteurs. Le débat sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) « n’a pas de sens », lance le biotechnologiste Swapan Datta. Le « riz d’or » sur lequel il travaille depuis des années, qui est en effet d’une couleur légèrement jaune, « n’a jusqu’à présent provoqué aucun effet secondaire », assure-t-il depuis son laboratoire de l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI). L’Asie et l’Afrique, qui consomment la moitié de la production du riz de la planète, pourraient de toute façon « vouloir accepter certains risques que les pays développés ne sont pas prêts à prendre », ajoute Ronald Cantrell, le directeur général américain de l’IRRI. « Beaucoup de gens dépensent encore jusqu’à 40% de leurs revenus pour acheter du riz, pas pour des légumes, pas pour de la viande, pas pour l’éducation, pas pour les voyages, pas pour le médecin », lance l’économiste de l’IRRI, David Dawe. Le « riz d’or » est né après dix ans d’efforts faits par l’IRRI, le secteur privé et des institutions scientifiques nationales. D’un point de vue scientifique, c’est un petit miracle de la biotechnologie, explique l’IRRI. Le produit sera disponible en Asie dans trois ou quatre ans, une fois que les gouvernements auront adopté les règlements nécessaires sur la biosécurité. Il pourrait alors avoir un « impact immense » sur la nutrition de la population asiatique et africaine. L’amélioration de cette graine cultivée depuis plus de 6.000 ans pourrait ainsi pallier la baisse des aides alimentaires mondiales provoquées par les coûts de la reconstruction en Irak et en Afghanistan, assure l’Institut.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *