Peugeot 407 : une lionne qui a du chien!

Peugeot 407 : une lionne qui a du chien!

Renouveler un best-seller comme la 406, n’est point chose aisée. Aussi, Peugeot a pris tout son temps pour élaborer sa remplaçante, la 407. Celle-ci fait actuellement l’attraction principale du stand Peugeot à l’Auto-Expo, qui se tient du 7 au 16 de ce mois à Casablanca. Et, aux premières impressions prises sur place, la nouvelle familiale du lion paraît promise à un grand succès. Il y a d’abord son style très affirmé à travers une ligne, à la fois élégante et agressive.
Avec son capot plongeant et sa «gueule» béante, marquée par une large prise d’air frontale, la 407 semble avide de dévorer les kilomètres, mais aussi mordre à pleines dents dans son segment. Le choix d’une telle face avant tient à des impératifs techniques : respecter les normes de sécurité et plus précisément limiter les risques de blessures pour les piétons. Le dessin des phares en amande s’inscrit dans le sillage des évolutions esthétiques initiées depuis quelques temps par les récentes Peugeot. A cette proue originale, s’oppose une poupe moins osée esthétiquement, se contentant d’une traditionnelle malle, dont le couvercle est entouré par les deux blocs de feux. De profil, on remarquera un toit en arc et un porte-à-faux arrière plus court que celui de l’avant. Cette architecture «deux volumes et demi», autant que la hauteur limitée à 1,45 m, accentuent le dynamisme visuel de la 407, jusqu’à même lui donner des faux airs de coupé.
Ceci dit, l’augmentation de 7 cm de la longueur totale du véhicule n’a, semble-t-il, pas été profitable à l’habitabilité et au coffre, qui affichent des valeurs légèrement inférieures à ceux de la 406. Peu importe, cette nouvelle Peugeot se rattrape largement par un habitacle bien équipé et une qualité de finition en progrès. C’est ce qu’on a pu constater sur les deux modèles exposés au stand Peugeot du Salon casablancais. En effet, la planche de bord se rapproche des standards allemands, tant par son apparence que par sa qualité d’assemblage. Matériaux rembourrés et au touché soft, sobriété des lignes et ergonomie des commandes de la console centrale… c’est du beau travail. Idem pour la dotation qui s’articule autour de quatre configurations d’équipements, mais qui se révèle complète dès l’entrée de gamme. ESP (contrôle de stabilité), ABS de dernière génération, incluant amplificateur et répartiteur de freinage, airbags frontaux, latéraux et rideaux, climatisation automatique, ordinateur de bord, lecteur CD, antibrouillards… tout cela est offert dès la livrée de base, la SR. Encore plus fournie, la ST ajoute les jantes alu de 16 pouces, la régulation gauche/droite de la climatisation, le détecteur de crevaison, le régulateur de vitesse, capteur de pluie, allumage automatique des phares… Avec le radar de recul, les sièges électriques, les airbags latéraux arrière, ainsi que celui protégeant les genoux du conducteur, la finition «Executive» est pléthorique, mais reste l’apanage de la version la plus puissante de la gamme, la V6. A ce titre, la 407 sera disponible uniquement en moteur essence dans un premier temps. Il s’agit, outre le 3,0 l V6 de 211 ch des 2,0 l de 136 ch et 2,2 l de 160 ch. Quant au 2,0 l Diesel HDi de 136 ch, il n’arrivera pas avant septembre prochain. Ceci étant, il faut préciser que le constructeur de Sochaux ne s’est pas uniquement attelé à offrir de beaux habits, un intérieur de qualité et de bonnes mécaniques à sa familiale, il s’est aussi appliqué à lui donner des dessous aux petits oignons, comme on dit. Ainsi, non seulement la 407 repose sur la plate-forme de sa grande soeur, la 607, mais elle reçoit des suspensions avant issues de la compétition. Il s’agit non plus d’un dispositif McPherson, mais d’un train avant à triangles superposés et pivots indépendants.
Plus qu’une pièce maîtresse, c’est là tout le secret de l’excellente tenue de route révélée par la 407 lors des essais organisés récemment pour les journalistes européens de la presse spécialisée. Certains d’entre eux sont même allés jusqu’à parler de future référence en matière de comportement routier dans la catégorie des familiales. A vérifier prochainement lors d’un essai… Ce qui est sûr en tout cas, c’est qu’avec de tels atouts, cette Française constituera, dès sa commercialisation, fin juin prochain, une belle alternative aux berlines allemandes. En attendant, la 406, elle, reste proposée au catalogue, mais à des tarifs promotionnels plutôt intéressants (-14.000 DH pour les finitions SR et -17.000 DH pour les ST). Avis aux acheteurs malins…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *