Quatorze mesures pour sortir de la crise économique

Quatorze mesures pour sortir de la crise économique

Ce sont près de 400 participants qui ont pris part à la conférence ministérielle 2009 de l’initiative Mena-OCDE, dimanche 22 novembre, à Marrakech. Durant cette journée, ministres, ambassadeurs, hommes d’affaires, ONG, confédérations patronales, économistes de divers pays….se sont penchés sur l’élaboration de mesures pour sortir de la crise économique. Au total, la communauté des affaires recommande aux gouvernements de prendre quatorze mesures pour une reprise économique et une croissance économique durable. De prime abord, il faut s’abstenir de mettre en place de nouvelles barrières au commerce et à l’investissement. «Toute restriction du gouvernement à l’encontre de l’investissement étranger devrait se baser uniquement sur des critères de sécurité nationale définis de manière étroite», précise-t-on. En deuxième lieu, il s’agit d’encourager l’intégration commerciale entre les pays de la région Mena afin de maximiser leur potentiel économique, en se concentrant sur la réduction des droits de douane et le développement de politique pour la promotion des exportations. La troisième mesure concerne l’amélioration de l’accès au financement particulièrement pour les petites et les moyennes entreprises. Il s’agit aussi de s’assurer que le cadre réglementaire est stable, prévisible, non discriminatoire et transparent, et que les procédures pour l’obtention de licences d’autorisations se font dans les délais et sont efficaces. L’OCDE recommande également aux gouvernements de reconnaître l’importance de l’amélioration de la compétitivité et de l’adaptabilité du marché du travail à l’aide de politiques en matières  d’emploi. Il les exhorte ainsi à offrir des incitations aux femmes pour qu’elles rejoignent la main-d’œuvre et à faciliter l’accès des femmes aux formations et au financement. Il est question aussi d’entreprendre des initiatives politiques plus importantes pour la diversification des économies nationales qui, pour le moment, sont souvent excessivement dépendantes d’un éventail très limité de secteurs économiques. La huitième mesure est relative à la promotion de la croissance verte en tenant compte de la déclaration de l’OCDE sur la croissance verte. Par ailleurs, l’OCDE invite les gouvernements à encourager le recours aux partenariats public-privé en tant que mécanisme permettant de lever les investissements nécessaires pour des projets à long terme comme les infrastructures. La dixième mesure est liée à la favorisation de l’investissement privé dans les infrastructures de pointe telles que les télécommunications, l’électricité et l’eau. L’OCDE appelle aussi les entreprises à travailler en collaboration avec le gouvernement pour lutter contre la corruption. Il souhaite également que les gouvernements développent des systèmes fiscaux attrayants, justes et transparents. La treizième mesure concerne le renforcement de la promotion de l’innovation et la protection des droits de propriété intellectuelle dans la région. Et enfin, la dernière mesure de l’OCDE consiste à encourager le recours à la stratégie de développement du climat des affaires (SDCA) de l’OCDE au sein de la région Mena. Les travaux de la conférence ministérielle 2009 de l’initiative Mena-OCDE seront clôturés aujourd’hui  avec l’adoption officielle de ces mesures anti-crise.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *