Sécurité alimentaire et volatilité des prix

Sécurité alimentaire et volatilité des prix

La sécurité alimentaire et la volatilité des prix, telle est la problématique discutée par les participants à la 9ème réunion des ministres de l’agriculture, des pêches et de l’alimentation des pays membres du Centre international pour les hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM). Cette rencontre qui se clôture, ce vendredi, à Malte a connu la participation du Maroc. Lors de son allocution, Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture et des pêches maritimes, a mis en relief la corrélation qui existe entre les deux composantes agriculture et alimentation. «L’agriculture et l’alimentation doivent rester, comme depuis les premiers temps de l’histoire des priorités stratégiques», a indiqué, dans ce sens, le ministre de l’agriculture. Et de poursuivre que «le thème choisi pour cette rencontre rappelle que l’agriculture, qui a fait l’histoire et la mémoire de la Méditerranée, plus que tout autre endroit au monde, est aujourd’hui l’avenir de cette région et de ses pays riverains». La rencontre a été une occasion pour le Royaume de présenter la politique agricole en vigueur et de discuter avec l’ensemble des intervenants les solutions adéquates pour relever les défis liés à la sécurité alimentaire, en l’occurrence la flambée des prix des produits y afférents. Dans ce contexte, le ministre de l’agriculture a mis en relief l’expérience marocaine, tout en mettant l’accent sur la politique engagée par le Royaume afin de maintenir sa stabilité alimentaire. «Le Maroc a pensé à sa sécurité alimentaire en se positionnant sur les marchés internationaux des produits alimentaires, à travers ses avantages comparatifs et la diversité de ses produits, notamment les produits de terroir à forte création de revenus pour les petits exploitants : Faire ce que nous savons faire et le mieux mener en parallèle avec une politique raisonnée d’approvisionnement du pays en denrées de base», a-t-il souligné.
M. Akhannouch a saisi l’occasion pour émettre certaines recommandations notamment celle relative à la flambée des prix des intrants agricoles. Il a appelé ses homologues, à cet égard, à ne plus continuer à nourrir la bulle de spéculation sur les produits alimentaires. Précisant que «cette attitude irrationnelle creuse davantage le gap entre la réalité de la production agricole mondiale et le prix des denrées alimentaires». Notons que les recommandations du ministre de l’agriculture tendent également vers l’amélioration des espaces agricoles et leur promotion en faveur de la production alimentaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *