Télécommunications : Le Maroc améliore son classement de 10 points

Télécommunications : Le Maroc améliore son classement de 10 points

Le Maroc a fait un bond considérable en matière de TIC. En effet, dans son rapport annuel phare «Mesurer la société de l’information», l’Union internationale des télécommunications (UIT) a relevé que le Maroc a amélioré son Indice de développement des technologies de l’information et de la communication (IDI). Ainsi, le Royaume améliore considérablement sa position pour occuper la 90ème place sur 152 pays, soit une progression de 10 places entre 2008 et 2010. Aussi, dans sa lecture du rapport précité, l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) souligne que le Maroc a ainsi devancé l’Algérie qui se trouve à la 103ème position, l’Afrique du Sud à la 97ème place et l’égypte qui vient juste derrière le Maroc s’accapare la 91ème. Par ailleurs, sur les 40 pays africains concernés par le classement de l’UIT seuls 6 pays figurent dans le top 100 des meilleurs IDI. Il s’agit du Maroc, l’Ile Maurice, les Seychelles, la Tunisie, l’Egypte et l’Afrique du Sud. Selon l’ANRT, le Royaume a été le deuxième pays le plus dynamique en matière de développement des TIC avec un IDI de 3,29 contre 2,60 en 2008, supérieur à la moyenne des pays en développement qui est de 3,19. Une performance que le Maroc doit à la forte progression des sous-indices usage et accès qui ont bondi de, respectivement, 62 et 27%. Aussi, entre 2008 et 2010, le nombre d’utilisateurs Internet a augmenté de 50% au Maroc grâce notamment à l’évolution importante des abonnements aux services haut débit mobile (3G). A fin 2010, le Maroc compte 2,34 millions d’abonnés à l’Internet dont 1,81 million d’abonnés à l’Internet 3G. Le taux de pénétration des services 3G est passé de 2,3% en 2008 à 10% en 2010. Au niveau du panier des prix TIC (IPB), le rapport note que des efforts restent à faire même si le Maroc a réalisé des avancées au niveau des trois segments fixe, mobile et Internet. Pour utiliser le téléphone mobile, le Marocain a dépensé en moyenne en 2010, 14,3% de son revenu mensuel brut contre 17,2% en 2008. Pour le fixe, le taux est passé de 11,1% en 2008 à 9,2% en 2010. En matière d’évolution de la facture numérique, le Maroc fait partie du groupe où la pénétration des TIC est jugée moyenne en 2010 par l’UIT. Par ailleurs, le rapport de l’UIT souligne l’objectif de l’ANRT de stimuler une réduction significative des prix des communications en agissant sur les tarifs de terminaison. Cette mesure, effective depuis juillet 2010, vise à stimuler la concurrence dans la téléphonie fixe et mobile au profit des consommateurs finaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *