Un déficit de 40 milliards de dirhams relevé à fin juillet

Un déficit de 40 milliards  de dirhams relevé à fin juillet

Un déficit de 39,5 milliards DH a été observé au niveau du Trésor au titre du mois de juillet 2013. L’écart ainsi se creuse de 15,2 milliards DH comparativement à la même période de l’année dernière durant laquelle le déficit du Trésor s’est établi à 24,3 milliards DH. Cette situation des charges et ressources du Trésor, dévoilée par la Trésorerie générale du Royaume dans ses dernières statistiques, découle d’un solde positif de 2,5 milliards DH dégagé par les comptes spéciaux du Trésor. 

Le mois de juillet a ainsi connu une décélération du rythme des recettes ordinaires. Elles se sont situées autour de 114,1 milliards DH, en repli de 2,4% de leur niveau en juillet 2012. «Cette situation revient à l’augmentation des droits d’enregistrement et de timbre de 9,7%, conjuguée à la baisse des impôts directs de 3,1%, des droits de douane de 20% et des impôts indirects de 1,5%», explique la Trésorerie du Royaume.

La baisse des recettes non fiscales a également contribué à ce résultat. Ces recettes ont reculé de 3% se fixant à 12 milliards DH à fin juillet 2013. Par ailleurs, les recettes fiscales ont atteint les 100,7 milliards DH, dû principalement au déclin de la fiscalité domestique et des recettes douanières évalué respectivement de -1,2% et -4,5%. Pour leur part, les recettes douanières se sont inscrites en baisse passant de 32,3 milliards DH en juillet 2012 à 30,8 milliards DH cette année, fléchissant ainsi de 4,5 %. Le repli a également concerné les recettes provenant de la fiscalité domestique. Au titre du mois de juillet, ces recettes ont atteint les 64,7 milliards DH contre 65,5 milliards DH une année auparavant.

Dans ce sens, les impôts sur les sociétés cumulés à 22,6 milliards DH ont fléchi de 11,7%. En contrepartie les recettes de l’impôt sur le revenu se sont améliorées de 6% atteignant à fin juillet 2013 les 20,1 milliards DH contre 19 milliards DH une année auparavant. Par ailleurs, les engagements des dépenses se sont élevés à 248,8 milliards DH hissant le taux global d’engagement de 57 à 59% à fin juillet 2013. En revanche, le taux d’émission sur engagements s’est élevé à 80% contre 82%  durant la même période de l’année précédente.

A cet égard, les dépenses émises au titre du septième mois de l’année en cours ont atteint les 165,9 milliards DH, en progression de 5,6% comparativement à la même période de l’année précédente. Cette hausse est soutenue par l’amélioration des dépenses de fonctionnement de 5,5% dont le total versé à fin juillet est 117,6 MMDH. De ce montant, 59 milliards DH ont concerné les traitements et salaires. Les dépenses d’investissement se sont articulées autour de 24,1 milliards DH, en progression de 5,2% par rapport à leur niveau de l’année précédente.

Les statistiques des finances publiques démontrent également un montant de 36,5 milliards DH généré en termes de recettes des comptes spéciaux du Trésor. Les dépenses émises ont été de 33,5 milliards DH, dont 24,2 milliards DH au titre des comptes d’affectation spéciale. Le solde de l’ensemble des comptes spéciaux du Trésor s’élève à 2,9 milliards DH. Notons que l’encours de la dette intérieure à fin juillet s’est élevé à 393,5 milliards DH grimpant de 9,8% par rapport à son niveau à fin décembre 2012. En expliquant cette évolution, la trésorerie générale du Royaume fait référence au recours du Trésor au marché des adjudications pour un montant net de 34,4 milliards DH résultant de souscriptions pour 97,8 milliards DH et de remboursements pour 63,4 milliards DH contre un recours pour un montant net de 25 milliards DH un an auparavant. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *