Édito

Édito

Les regards vont tous se tourner vers le 9e congrès de l’USFP. Si le parti attire tant d’attention, c’est qu’il s’agit de l’une des formations politiques qui ont depuis longtemps constitué un modèle solide. Les premiers fondateurs ont réussi à ancrer l’image d’un parti démocratique, sérieux et proche des couches populaires, auprès de l’opinion publique. Puis le parti est passé par la case du pouvoir à la fin des années 90 du siècle dernier. L’USFP en est ressorti très affaibli en raison de choix qui ont été faits à certains moments mais également à cause des querelles qui ont fait surface pour des considérations souvent personnelles. Aujourd’hui, le parti est revenu à l’opposition. Mais il est surtout à la recherche d’une direction qui soit capable de lui redonner son lustre d’antan sur l’échiquier politique. Autrement, l’USFP pourra perdre davanatage la confiance des citoyens, et également et surtout ses propres militants. Depuis 2001, d’innombrables figures ont claqué la porte, d’autres se sont simplement retirés. Le parti n’a plus qu’un choix, c’est de stopper cette hémorragie après le 9e congrès.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *