Edito: Subir encore et toujours

Edito: Subir encore  et toujours

Quand le ministre de tutelle affirme en plein public que «le ministère de la santé n’a ni les moyens financiers ni les ressources humaines suffisantes pour s’occuper concomitamment des médicaments et des soins, et de ceux qui en bénéficient», cela veut dire beaucoup de choses que tout le monde connaît déjà sur la faillite de notre système de santé, mais que nous tentons en vain d’ignorer.

La faute n’est pas au ministre connu pour son sérieux et sa hargne pour les réformes mais la faute est partagée.

Il faut dire que notre système de santé est lui-même beaucoup trop malade pour prendre en charge les maladies des citoyens.

Au regard du bilan de l’AMO et surtout du Ramed, nous avons peur que l’élan d’optimisme né du lancement de ces deux expériences ne laisse place (si ce n’est déjà fait !) à une grave situation de déprime.

Malheureusement, l’opinion publique est en train d’assister, impuissante, à la mort de l’hôpital et de l’école ne sachant toujours pas quoi faire sinon que subir encore et toujours…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *