Éditorial

Éditorial

Combien de fois on a entendu le nouveau chef de gouvernement parler d’un partage équitable de la richesse. Le problème est que cette richesse est produite de manière inégale. Aujourd’hui, sur les 12 régions, telles que proposées par la Commission pour la régionalisation en 2009, quatre, c’est-à-dire le tiers, produisent 66% du PIB national. C’est le constat que nous livre aujourd’hui le HCP. Par conséquent, si la régionalisation devait prendre forme demain, elle ne pourrait pas réussir sans mécanismes de solidarité. Mais jusqu’à quelle limite peut-on faire de la solidarité sans tomber, de nouveau, dans l’assistanat improductif? Une régionalisation pérenne repose sur des régions autonomes qui doivent d’abord compter sur leurs propres richesses. Ce qu’il faudra impérativement régler, c’est bien ce déséquilibre de la productivité. Et pour cela, il n’y a pas de recettes miracles : il faut des infrastructures pour encourager des opérateurs à investir et créer des emplois ailleurs qu’à Casablanca ou Rabat. Le mouvement est déjà enclenché, avec Tanger-Tétouan, le Souss et l’Oriental. Mais il doit être accéléré et, surtout, généralisé.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *