Petit bonjour

Il y a de quoi être très étonné ? L’économie marocaine a, malgré tout, encaissé tous les récents chocs pétroliers. Un vrai miracle. Au prix atteint par le baril de pétrole, les doctes experts prédisaient pour nous à défaut d’une explosion au moins une implosion du système économique et social. Cette capacité d’amortir les chocs, d’encaisser les coups durs et d’égaliser les pics a été un vrai avantage comparatif dont le gouvernement a su, avec beaucoup de réussite, tirer profit. En choisissant de jouer le jeu et de tenir le langage de la responsabilité aux syndicats, Driss Jettou a installé un vrai dialogue social. Cela aurait été un modèle de réussite absolu si l’objet du dialogue social était le dialogue social lui-même. Or l’objet de ce dialogue c’est le pouvoir d’achat, son rattrapage, son maintien ou son amélioration. C’est sur ce plan que l’imagination doit être au rendez-vous. Continuer à dépenser 19 milliards de dirhams dans une caisse de compensation «universelle» est devenu une stratégie anti-sociale. Rogner sur les investissements, c’est sacrifier l’avenir. Jouer sur l’augmentation du Smig quand les hausses ne sont pas effectives n’est pas très sérieux. Baisser la pression de l’IGR sur les salaires est astucieux, mais cela ne concerne, d’une manière significative, que ceux qui travaillent déjà, et encore. En fait, ce qu’il nous faut, c’est 2 points de croissance supplémentaires et rapidement. Aujourd’hui, c’est dans nos cordes; encore faut-il le dire aux Marocains, les exalter, les mobiliser et les faire rêver. Mais qui leur parle ?

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *