Belgique : un garçonnet égorgé, la piste familiale privilégiée

Le corps du petit Muhamad Rachid a été découvert par des joggeuses en début de soirée dans un quartier d’habitations sociales de cette petite ville située à une vingtaine de kilomètres au sud de Bruxelles où l’enfant résidait avec sa mère et sa sœur de 16 ans, a indiqué le parquet de Nivelles, chargé de l’enquête. «On a des éléments troublants, dans la mesure où le corps a été retrouvé très près du domicile où il vivait, dans un lieu très fréquenté, ce qui laisse supposer que le corps n’a pas été déposé longtemps avant», a déclaré le procureur de Nivelles, Jean-Claude Elslander. Il semble que l’enfant n’a pas été tué sur place car «on ne trouve aucune trace de lutte ou de sang», a-t-il ajouté. La mère de l’enfant, d’origine syrienne selon l’agence Belga, a été entendue dans la matinée. Placée sous tranquillisants, elle devait à nouveau être interrogée dans l’après-midi, assistée d’un interprète, et est à ce stade privée de liberté, a pour sa part indiqué la télévision RTL-TVI. Le père de l’enfant a également été entendu, mais il ne serait pas en cause, selon les premiers éléments de l’enquête, a indiqué l’agence Belga. Une autopsie du corps de l’enfant doit être réalisée pour déterminer notamment le moment de son décès. Le garçonnet n’était pas allé à l’école mercredi, selon le parquet, qui a également évoqué un contexte de séparation difficile entre la mère et le père de l’enfant. Sa disparition avait été signalée à la police par sa sœur mercredi vers 20h10 (18h10 GMT). Celle-ci a expliqué être rentrée vers 19h30 (17h30 GMT) et que sa mère lui avait alors dit que l’enfant avait disparu quand il jouait dans le jardin.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *