Casablanca : 8 ans de réclusion criminelle pour avoir tué un trafiquant de drogue

Casablanca : 8 ans de réclusion criminelle pour avoir tué un trafiquant de drogue

Le mis en cause a précisé à la Cour qu’il n’arrêtait pas de demander à la victime de s’éloigner de chez lui. Mais, en vain.

Calmement, ce jeune homme de trente-deux ans se tient devant les trois magistrats de la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. Il risque gros puisqu’il est poursuivi pour meurtre. Père d’un enfant, il affirme qu’il tient trop à son fils unique et son épouse pour commettre un acte qui va l’envoyer en prison. Mais, le destin en a voulu autrement et il se retrouve maintenant avec un crime sur le dos, a-t-il ajouté devant la Cour. En fait il affirme qu’il n’avait nullement l’intention de tuer son antagoniste mais seulement de lui donner une raclée mémorable. Il ne nie pas avoir tabassé la victime, un jeune homme de vingt-huit ans, trafiquant de drogue de son état. Il a avoué avoir saisi un bâton et donné plusieurs coups à la victime.

Il ne s’est arrêté qu’une fois avoir remarqué le sang qui giclait de sa tête. Ce mis en cause a précisé à la Cour qu’il n’arrêtait pas de demander à la victime de s’éloigner de chez lui. Mais, en vain. La victime, un repris de justice qui a déjà purgé à trois peines d’emprisonnement ferme pour trafic de drogue, l’a insulté. Rentrant chez lui, le mis en cause a saisi un bâton et est retourné pour l’arroser de coups. La victime s’est effondrée par terre avant d’être évacuée vers le service des urgences à l’hôpital Mohammed V. Vingt-quatre heures plus tard, la victime a rendu l’âme. Le mis en cause a été arrêté. Il a avoué sans détour son crime de meurtre devant les enquêteurs de la police judiciaire, le procureur général, le juge d’instruction et devant la Cour tout en affirmant qu’il ne voulait pas le tuer. Tous ses voisins ont témoigné, devant la Cour, en faveur du mis en cause, le décrivant comme une personne qui jouissait d’une bonne réputation.

Jugé coupable pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner et ayant bénéficié des circonstances atténuantes, le mis en cause a été condamné à huit ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *