Elle était amoureuse de son violeur

Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. Abdellah est au box des accusés. Près de lui, se tient sa victime, Jamila. Comment est-elle tombée entre les mains de son violeur ?
De coutume, Jamila rend visite de temps en temps à sa cousine. Ce jour du mois de mai et comme à chaque fois, elle s’est rendue chez sa cousine afin qu’elles passent ensemble quelques bons moments. Elles venaient d’engager la conversation, quand le téléphone portable de Jamila a sonné. «Allô ! Qui est à l’appareil ?» «C’est Abdellah !». La voix douce de son interlocuteur lui donne du plaisir et cela se traduit par ce beau sourire qui est venu orner ses lèvres. Jamila a complètement oublié sa cousine, pour poursuivre sa conversation au téléphone. «Oui, tu peux m’attendre dans la rue …Je viens dans une demi-heure avec ma cousine…», a-t-elle répondu. Une fois la conversation terminée, sa cousine l’a martelée de questions sur ce Abdellah. Elle lui a expliqué qu’elle venait de faire sa connaissance et qu’elle n’est sortie avec lui qu’une seule fois. Et pourtant, elle est arrivée à se faire un jugement : c’est un jeune homme très poli, bien éduqué, correct. Elle montrait une grande admiration pour lui et ce depuis leur première rencontre. Sa cousine lui a expliqué qu’il ne fallait pas juger les personnes après une seule rencontre.
Le moment du second rendez-vous est arrivé. Jamila a demandé à sa cousine de l’accompagner. Une proposition que cette dernière a refusée, au départ. Mais quand Jamila lui a indiqué qu’il les attendait toutes les deux, elle a fini par obtempérer. Elles ont quitté la maison à destination de l’endroit indiqué. Abdellah était déjà là et les attendait impatiemment à bord de sa voiture. Après l’avoir salué, les deux jeunes filles sont montées dans la voiture. Jamila a pris place à côté d’Abdellah. Le jeune homme a démarré sans leur donner une idée sur la destination. Il a conduit tranquillement, en sillonnant les différentes artères du centre-ville. Abdellah et Jamila parlaient tranquillement de tout et de rien. Tout à coup, Abdellah a proposé aux deux jeunes femmes de se rendre à son appartement pour se divertir et manger des sandwiches. Les deux jeunes filles ont échangé aussitôt des regards et ont répondu toutes les deux et en même temps qu’elles ont un rendez-vous avec une amie. Abdellah ne voulait rien entendre, il a continué à conduire en silence. Jamila lui a demandé de les ramener chez elles ou au moins de s’arrêter afin qu’elles descendent. Il leur a expliqué qu’elles n’ont plus le choix et qu’elles doivent venir avec lui à l’appartement. Jamila l’a supplié de les laisser tranquilles lui affirmant qu’elles sont en sa compagnie que pour faire un tour en ville et retourner chez elles. Mais Abdellah a accéléré. Le cœur serré, Jamila et sa cousine étaient terrifiées et ne savaient plus ni quoi faire ni quoi dire. Elles se contentaient de le supplier de s’arrêter au point qu’elles ont fondu en larmes. Mais, en vain. Abdellah n’avait pas l’intention de changer d’avis et tenait à insister en promettant à ses victimes qu’elles passeraient un bon moment avec lui. Au feu rouge, au boulevard d’Anfa, il s’est arrêté et a permis à la cousine de descendre. Et Jamila ? Il l’a obligée de rester en sa compagnie et a démarré, ensuite. Il ne s’est arrêté qu’une fois arrivé un peu plus loin près de Tamaris II. Là, il l’a obligée à coucher avec lui dans la voiture. Il l’a menacée, si elle refusait, de la frapper. Jamila n’avait le choix que d’obtempérer à ses désirs. Il l’a violentée quand elle a refusé de lui permettre de la sodomiser. Après avoir assouvi ses désirs, il l’a conduite jusqu’au centre-ville. De là, elle a pris un grand taxi pour rentrer chez elle au quartier Sidi Bernoussi. Jamila a déposé plainte, tout de suite après, et Abdellah a été arrêté et traduit devant la justice. Il a été condamné à trois ans de prison ferme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *