Elle trompait son mari et son amant

Entre Malika et Mohamed, il y avait une histoire d’amour. Tous leurs proches et voisins de ce douar de la région de Khmiss Zmamra étaient au courant de leur idylle. Elle était à son dix-huitième printemps, l’unique fille de sa famille et sans profession. Mohamed était son aîné de six ans et travaillait dans les champs d’agriculture et les fermes. C’est vrai, la famille de sa bien aimée ne souhaitait pas qu’il soit le futur mari de leur unique fille. Mais, Malika n’avait pas le choix. Les mauvaises langues parlaient trop de cette relation depuis que le couple a été surpris en train de s’embrasser dans un champ. C’est ainsi que la nuit des noces a été rapidement célébrée et Malika a rejoint son mari dans son nouveau foyer. Une année plus tard, elle a mis au monde son premier garçon, puis sa première fillette deux ans plus tard. À son trente-sixième printemps, Malika était déjà mère de quatre enfants dont l’aîné était au collège. Après dix-huit ans de mariage, les deux époux s’aimaient-ils encore ? Pour Mohamed, peut-être oui. Mais, en revanche, la réponse était négative pour Malika.
La preuve c’est qu’elle a cédé aux tentations du cousin de son mari. Il s’agit de Soufiane, âgé de vingt-six ans, sans profession. C’était lui, d’abord, qui est tombé amoureux de Malika. Habitant à une centaine de mètres de la maison de son cousin, Soufiane fréquentait souvent la maison de Mohamed même en son absence. Surtout que Malika n’hésitait pas, de temps en temps, à le solliciter pour des courses. Au fil des jours, il s’attache à elle. Un attachement qui l’a encouragé de saisir une occasion lors de laquelle ni son mari ni ses enfants n’étaient à la maison pour lui faire des avances. Tout de suite, Malika a craqué et a commencé à partager le lit conjugal avec Soufiane. Pire encore, Soufiane n’hésitait pas à lui rendre visite la nuit après que tout le monde se plongeait dans un profond sommeil. Malika lui ouvrait la porte pour se réfugier tous les deux dans la cuisine et coucher ensemble en prenant toutes leurs précautions. Jamais, le mari cocu ne s’est rendu compte de l’absence de sa femme qui, en principe, partageait avec lui le même lit.
Vingt-quatre ans après sa relation conjugale avec Mohamed et six ans après sa relation d’adultère avec Soufiane, Malika a commencé à abandonner ce dernier. C’est du moins ce qu’il avait remarqué. A-t-elle décidé de rompre avec l’adultère pour devenir fidèle à son mari ? Non, a dit Soufiane qui a tenté de savoir la vraie raison. En vain. Cependant, il a commencé à remarquer qu’elle s’intéressait de plus en plus à un voisin. Il s’agit de Saïd, âgé de vingt-huit ans. Entretenait-elle une nouvelle relation avec lui ? Pour se rassurer, il a commencé à les surveiller le jour.
Les soupçons rongeaient son cœur et les interrogations martelaient sa tête. S’ils entretiennent une relation, couchaient-ils ensemble ? Si oui, où et quand ? Et Soufiane a commencé à mener des surveillances durant la nuit. Pas moins de trois nuits, il a remarqué lors de la dernière l’ombre d’un être humain qui s’apprêtait à se faufiler à l’intérieur de la maison de sa bien aimée. Rapidement, il l’a rejoint pour lui asséner plusieurs coups de hache au niveau de la tête. Et il a disparu.
Le matin, le cadavre de Saïd a été découvert par les habitants du douar. Qui l’a tué ? Malika a fini par cracher le morceau.
Elle a raconté toute l’histoire aux gendarmes quand ils sont arrivés pour l’arrestation de Soufiane. Ce dernier qui semblait avoir l’intention de la tuer ignorait qu’elle était enceinte de cinq mois. À qui appartenait l’enfant qui était encore dans son ventre ? À son mari, qui ne savait à quel saint se vouer quand il a appris toute l’histoire ? À son premier amant, qui a été traduit devant la justice ? Ou au second qui a été enterré ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *